Go to Top

La phytothérapie

phytotherapie

Indiquée pour des affections mineures, la médecine par les plantes puise son origine dans la nuit des temps, lorsque l’homme trouvait dans la nature de quoi se soigner. Aujourd’hui, même si très peu de médecins phytothérapeutes consultent, mieux vaut s’adresser à un spécialiste que de recourir à l’automédication.

La première des médecines

La phytothérapie est la forme de médecine la plus ancienne. Elle est aujourd’hui pratiquée dans de nombreuses régions du globe.
Dans les pays développés, l’industrie pharmaceutique n’a jamais cessé d’étudier les plantes et leurs principes actifs afin d’élaborer de nouveaux médicaments.
La composition chimique de nombre d’entre eux est d’ailleurs calquée sur celle des plantes qu’ils remplacent ou améliorent (40 % des médicaments allopathiques contiennent des principes qui sont issus des plantes).

Que soigner par les plantes ?

On peut avoir recours aux plantes pour traiter des affections mineures : troubles digestifs, troubles du sommeil, affections cutanées, problèmes articulaires bénins
Mais il convient de s’adresser toujours à des professionnels. Même si les remèdes à base de plantes sont généralement sans danger et entraînent moins d’effets secondaires que les remèdes allopathiques, il faut consulter un professionnel avant de suivre un traitement aux plantes en même temps qu’un traitement allopathique.
Attention, certaines plantes peuvent être mortelles ! Les herboristes et les pharmaciens sont les meilleurs conseillers en matière d’utilisation médicinale de plantes.

Comment se déroule une séance ?

Lors de la première consultation (elle peut durer une heure), le phytothérapeute cherche à établir un bilan complet du patient en l’interrogeant sur son trouble actuel, ses antécédents, son mode de vie, etc.
Les effets de la phytothérapie sont progressifs : les plantes médicinales, beaucoup moins concentrées, ont une action beaucoup plus lente que les médicaments chimiques. En contrepartie, elles peuvent être utilisées sur des périodes beaucoup plus longues.

Les plantes, sous de multiples formes

En fonction de la partie de la plante qui est utilisée, on privilégie différentes techniques :
– l’infusion (pour les parties les plus fragiles de la plante) consiste à laisser infuser entre 10 et 15 minutes une certaine quantité de plante, avant de filtrer et de consommer.
– la décoction : utilisée lorsqu’on se sert des parties dures – ligneuses – de la plante (racine, écorce..), elle consiste à les laisser bouillir pendant 10 à 20 minutes, avant de filtrer et de consommer.
– la macération : ce procédé consiste à laisser le mélange, à froid ou à chaud, pendant une douzaine d’heures avant de le consommer.
Les plantes peuvent aussi être utilisées en poudres (préparations faites avec des parties de plante broyées, pulvérisées et tamisées), en extraits, en suspensions, en teintures, en sirops, en huiles essentielles.
Certaines plantes ayant un mauvais goût ou se révélant très amères, on peut les adoucir en ayant recours à certaines plantes ou à du miel (le sucre est susceptible de fermenter).

Aller + loin :
• Le site de l’Association des usagers de la phytothérapie : cliquez ici

Lire aussi :
L’homéopathie
L’acupuncture

Articles similaires