Comment prévenir et traiter l’hyperperméabilité intestinale ?

hyperperméabilité intestinale

L’impeccabilité de l’état fonctionnel de l’appareil digestif garantit la bonne santé étant donné que les principaux systèmes immunitaires sont développés au niveau de l’intestin. Effectivement, ce dernier est considéré comme étant l’élément-clé de l’immunité au sein du tube digestif. Un déséquilibre ou un trouble se manifestant au niveau de l’écosystème intestinal est à même de produire des problèmes comme des irritations, et aussi des maladies. Même si le souci est localisé uniquement au cœur de l’un des éléments qui composent cet écosystème, à savoir le système immunitaire intestinal, la flore et la muqueuse, le patient peut avoir des crises abdominales. L’hyperperméabilité de l’intestin fait partie de ces troubles qui causent l’apparition de plusieurs de pathologies.

Comprendre l’hyperperméabilité intestinale

Ce phénomène se produit au niveau de la muqueuse de l’intestin grêle qui est composée essentiellement d’un épithélium à la fois plissé et fin. Cette membrane comporte des microvillosités et des villosités et sert de filtre. En dessous, sont localisés des capillaires lymphatiques et sanguins. Les entérocytes, c’est-à-dire les cellules de la muqueuse, sont rattachés les uns aux autres par une sorte de jonction serrée. Cette structure agit à la manière d’une barrière mécanique qui filtre le passage des nutriments vers les capillaires. Ces micro-vaisseaux servent de transmetteurs vers l’ensemble de l’organisme. L’écartement de cette jonction serrée est provoqué par les molécules de zonuline sécrétées par les entérocytes.

L’effet de ces protéines est temporaire et réversible, la structure se réassemble une fois leur action achevée. Le bon fonctionnement de ce système assure l’absorption intestinale des nutriments, entre autres, des acides gras, des acides aminés, des minéraux et des vitamines. Par la même occasion, cette membrane empêche le passage des bactéries, des virus, des parasites, des macromolécules et des substances toxiques. Seulement, l’inflammation de la muqueuse intestinale peut avoir des impacts négatifs sur ce système puisque les jonctions ont tendance à se relâcher, provoquant ainsi la porosité de la membrane. L’hyperperméabilité intestinale apparaît à ce moment et les éléments qui ne doivent pas s’introduire dans l’organisme ont réussi à franchir cette barrière devenue inefficace, causant ainsi des maladies et des intoxications.

Connaître les causes de l’hyperperméabilité intestinale

La détérioration de la muqueuse est à l’origine de cette hyperperméabilité intestinale. Son endommagement peut être provoqué par plusieurs facteurs, entre autres, les intolérances alimentaires, la prise de certains médicaments, l’alimentation rapide et le stress. Les sujets qui ne supportent pas le gluten et le laitage ne doivent pas en consommer, au risque de bouleverser tout l’écosystème au niveau de la paroi intestinale. Un traitement à long terme nécessitant la prise de corticoïdes, d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques perturbe le microbiote et favorise le dysbiose qui peut enclencher la distension au niveau de la jonction serrée. Les autres facteurs à l’origine de cette hyperperméabilité intestinale peuvent être un déficit en immunoglobuline A (IgA), le sport intensif, une carence en enzymes et la consommation des produits toxiques (pesticides, conservateurs et additifs alimentaires, tabac, alcool et métaux lourds).

Prévenir et traiter l’hyperperméabilité intestinale

L’adoption d’une bonne hygiène de vie permet de se prémunir de ce problème de perméabilité au niveau de l’intestin. Cette initiative commence par l’alimentation qui doit se baser sur une nutrition de qualité, voire prophylactique, en privilégiant les produits issus de l’agriculture biologique. A contrario, les fritures, les sauces grasses, le sucre raffiné, les épices trop fortes, le café et l’alcool sont à proscrire. Le tofu, le riz, les amandes, le soja et la viande sont à consommer avec modération, en quantité suffisante, sans excès, pour que l’organisme puisse obtenir les apports nutritionnels dont il a besoin. En revanche, les légumes cuits et les fruits mûrs conviennent bien, tout comme les céréales semi-complètes et complètes, ainsi que le thé vert.

Si après une consultation médicale, le docteur confirme que la cause des problèmes est l’hyperperméabilité intestinale, le sujet peut coupler le traitement prescrit avec des solutions naturelles. En cas de doute, ce dernier ne doit pas hésiter à demander l’avis du praticien. Effectivement, certains nutriments favorisent la restauration de l’état de la muqueuse tels que :

  • Les aliments essentiels à la réparation de la muqueuse doivent être présents dans chaque repas ; ce sont les huiles de noix, de colza et d’olive.
  • L’apport en L-glutamine, cet acide aminé qui entretient la paroi intestinale, contribue aussi au métabolisme de la synthèse des protéines.
  • L’anthocyanidine contenue dans la myrtille optimise l’absorption au niveau de la muqueuse et préserve la santé de cette dernière.

Les impacts nocifs du stress oxydatif sont atténués par le curcuma qui normalise la fonction intestinale. Par ailleurs, les vertus des rhizomes de cette plante herbacée vivace sont reconnues par l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Ils sont efficaces pour soigner la dyspepsie qui se manifeste par des sensations de lourdeur, une perte d’appétit, des nausées et des maux d’estomac.