5 choses à savoir sur la sclérose en plaques

La sclérose en plaques
Si le nom de cette pathologie est désormais plus ou moins connu du grand public, cette maladie demeure en réalité encore assez incomprise. Comment se manifeste la sclérose en plaques ? Pour répondre à cette question et aider les proches d’une personne malade à mieux appréhender la situation, voici 5 choses à savoir sur la sclérose en plaques.

Une alimentation équilibrée aide à calmer les poussées de la maladie

La sclérose en plaques se définit comme étant une maladie auto-immune chronique et inflammatoire qui touche le système nerveux. Elle constitue à ce jour la première cause de handicap qui ne résulte pas d’un accident. De plus, cette maladie se détecte difficilement. Une fois le diagnostic posé, le patient est strictement encadré par des professionnels de santé. Le protocole de soins est lourd, mais il est accompagné d’un système de rééducation thérapeutique destiné à soulager le malade. Ainsi, parmi les recommandations faites par le médecin traitant, il est primordial d’avoir une alimentation saine et équilibrée. En effet, alimentation et sclérose en plaques vont de pair au quotidien : les minéraux, le calcium et les vitamines sont de précieux alliés ! L’organisme a plus que jamais besoin de bons nutriments pour calmer au maximum les inflammations. Les aliments riches en acides gras et autres acides aminés tels que le poisson, les légumineuses ou les oléagineux constituent une excellente source de lipides et de protéines.

Il n’existe pas de traitement pour guérir de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques fait partie de ces maladies auto-immunes complexes qui ne peuvent se guérir sur le long terme. De ce fait, le corps médical n’est pas en mesure de proposer un traitement qui fait disparaître la pathologie. Le patient doit vivre avec, mais il n’est pas pour autant délaissé. Le malade bénéficie d’un traitement de fond personnalisé qui correspond à ses symptômes, à son mode de vie. Pour rappel, la sclérose en plaques est une maladie qui évolue soit de manière progressive (la forme la plus sévère), soit par poussées (certains symptômes apparaissent puis disparaissent et reviennent). Dans les deux cas, le neurologue met en place un traitement de fond. Ce dernier vise à minimiser les effets indésirables de la maladie, qui génèrent beaucoup de stress et de mal-être chez le patient. Le but est de compenser le dysfonctionnement du système immunitaire par la prise de médicaments spécifiques. Certains compléments alimentaires naturels comme le magnésium aident à calmer l’anxiété générée par la maladie.

La sclérose en plaques touche beaucoup de jeunes adultes

Contrairement aux idées reçues, la sclérose en plaques est une maladie qui n’apparaît pas avec les premiers signes de vieillesse. Chaque année, plus de 2000 cas sont diagnostiqués et les personnes touchées sont essentiellement des jeunes adultes. La maladie est peu présente chez les enfants puisque le taux est inférieur à 0,5 %. Pour autant, à partir de 20 ans, les risques de déclarer cette maladie sont bien plus élevés. Selon les statistiques, il semble que l’âge moyen soit de 30 ans. Il n’y a à ce jour pas d’explication scientifique fiable qui pourrait justifier ce phénomène. On constate également que la sclérose en plaques est une pathologie qui touche davantage les femmes que les hommes. Il est aussi impossible de prévenir cette maladie, même si certains facteurs génétiques peuvent être concernés. Comme pour la prévention de n’importe quelle pathologie, il convient de pratiquer une activité physique régulière, de ne pas fumer et de manger équilibré.

La maladie présente des symptômes variés d’un individu à un autre

La sclérose en plaques est d’autant plus difficile à soigner car elle est compliquée à repérer. En effet, les symptômes sont nombreux, ne se manifestent pas avec la même intensité et diffèrent d’un individu à un autre. Lorsque les symptômes apparaissent pour la première fois, ils peuvent passer inaperçus puisqu’ils sont présents de façon temporaire. Dès lors, le déclenchement d’un important épisode de fatigue ou d’un problème urinaire semble bénin. Il ne l’est plus quand ces symptômes, ou d’autres, réapparaissent de nouveau quelques semaines ou mois plus tard. Ces signaux sont directement reliés à une zone précise du cerveau ou de la moelle épinière. Aucun professionnel de santé ne peut prédire comment évoluera la maladie, cependant, il arrive que les anomalies qui se manifestent aboutissent à un handicap permanent.

La grossesse n’est pas incompatible avec la sclérose en plaques

Que celles qui désirent fonder une famille se rassurent tout de suite, il est possible de tomber enceinte lorsque l’on souffre d’une sclérose en plaques. Le médecin traitant n’y voit aucune contre-indication. Pour autant, la grossesse sera suivie avec attention par différents professionnels du corps médical. Il vaut mieux garder un œil sur l’avancée du traitement et observer la manifestation des symptômes. D’ordinaire, la femme enceinte doit veiller à ne pas être trop carencée en fer et en oméga-3. Or, la sclérose en plaques créée des carences relatives à certaines vitamines et minéraux. La future maman risque par exemple d’être en déficience de zinc et de calcium, elle doit donc surveiller son alimentation pour le bon développement du fœtus.