Go to Top

Comment prévenir le cancer du côlon?

En France, le cancer colorectal touche de nombreuses personnes chaque année et constitue le troisième cancer le plus fréquent. En général, les facteurs de risque qui favorisent le cancer du côlon sont l’hérédité, l’âge et surtout l’alimentation. Des polypes qui sont des lésions au niveau du côlon sont dans la plupart des cas à l’origine de la maladie. Il faut ainsi adopter les bons gestes pour la prévention de la maladie. D’ailleurs, les médecins soulignent l’importance d’un dépistage précoce pour se protéger du cancer du côlon. Et un régime alimentaire spécifique doit être suivi pour réduire le risque de cancer colorectal.

Les effets bénéfiques de la cuisine méditerranéenne.

Une étude qui décompose les effets bénéfiques de la cuisine méditerranéenne sur la santé, notamment en ce qui concerne la prévention du cancer du côlon, a suscité un intérêt particulier, présentant trois conseils nutritionnels simples mais efficaces.

Les bienfaits de la cuisine méditerranéenne pour la santé ont été maintes fois prouvés. Il a été prouvé que le régime alimentaire original des régions entre l’Andalousie et Athènes prolonge la vie et protège contre les maladies cardiovasculaires en particulier, mais probablement aussi contre les tumeurs qui se développent au niveau du côlon, telles que les polypes adénomateux et les carcinomes.

Une étude présentée au congrès de gastro-entérologie de la Société européenne d’oncologie médicale a révélé que trois éléments principaux sont à l’origine de cet effet positif sur le tractus intestinal. Il s’agit de la consommation régulière de poisson et de fruits frais et l’évitement des boissons non alcoolisées de toute sorte.

Protection intestinale additive

Une étude a été effectuée pour observer les effets positifs des menus de type méditerranéens à base de légumes, de fruits et de poissons sur la prévention du cancer du côlon. L’étude s’est portée sur 808 patients de 40 à 70 ans, en grande partie sains et non affectés par la maladie. Ils ont subi une coloscopie qui consiste en un examen de la paroi  interne du côlon. Durant la consultation, ils ont rempli un questionnaire détaillé concernant leurs habitudes alimentaires quotidiennes. La consommation de légumes, fruits, noix, produits complets, poissons marins, volailles et acides gras polyinsaturés au-dessus de la médiane du groupe ainsi que la consommation inférieure à la moyenne de viande rouge, d’alcool et de boissons non alcoolisées ont été considérée comme une indication d’une orientation culinaire au sens du régime méditerranéen.

Nous avons découvert que chacun de ces trois facteurs était associé à une probabilité réduite de plus de 30 % de la présence d’une lésion colorectale précancéreuse avancée par rapport aux personnes qui ne consomment aucun composant du régime dit méditerranéen. Ceux qui ont pris ces trois éléments à cœur ont bénéficié d’une réduction cumulée des risques de près de 86%.

Un lien évident avec le régime alimentaire.

Les scientifiques ont constaté que les volontaires présentant des polypes intestinaux avancés consommaient beaucoup moins d’aliments méditerranéens que ceux qui en consomment, avec une moyenne de 1,9 contre 4,5. Même la consommation de deux ou trois composants a été associée à une probabilité réduite de 50 % de ces lésions précancéreuses par rapport au groupe qui n’aurait consommé aucun des aliments sains mentionnés ci-dessus.

Après de nombreux calculs et ajustements pour d’autres facteurs de risque, le poisson, les fruits et le fait d’éviter les boissons gazeuses artificielles sont apparus comme des facteurs particulièrement protecteurs pour l’intestin.

Cette étude à grande échelle confirme de façon impressionnante la relation hypothétique entre les polypes colorectaux et la nutrition et d’autres facteurs liés au mode de vie”. Elle est en accord avec d’autres découvertes récentes sur la valeur protectrice des noix et la supplémentation en vitamine D.

La question reste ouverte de savoir si les résultats sont associés à une réduction de la mortalité et aussi quand exactement un changement de régime alimentaire est approprié pour être prophylactiquement efficace.

Les futures enquêtes devront également préciser dans quelle mesure les patients qui, contrairement aux sujets de l’étude israélienne, présentent un risque élevé de cancer colorectal peuvent bénéficier du régime méditerranéen.

Un régime alimentaire facile à mettre en œuvre

Dans l’ensemble, c’est une étude solide et très pratique. Il faut manger plus sainement ou suivre un régime spécial riche en fibres qui ont un effet protecteur sur le côlon. Il est possible par exemple de manger des légumes cuits à la vapeur et des céréales complètes comme le pain complet, les pâtes complètes ou le riz complet. Les fruits et légumes comme le chou vert, les carottes, les abricots, et les épinards qui sont riches en bêtacarotènes font partie des aliments efficaces pour lutter contre les cancers. D’autre part, les sardines, le thon, le saumon, les œufs et la volaille sont également des aliments riches en oligoéléments qui agissent sur le métabolisme intestinal et réduisent le risque de cancer colorectal.