Go to Top

Recherche médicale : les efforts de l’état en matière de santé publique

sante publique

La recherche médicale a pris une autre tournure grâce aux efforts de l’Etat. Cela a contribué à trouver des remèdes ultra pratiques pour améliorer la santé publique. Plusieurs maladies vénériennes et bactériennes tuent moins de monde grâce aux actions de didier raoult et de l’IHU Méditerranée. Des recherches permettent également d’explorer et d’approfondir certains domaines de la médecine.

Une amélioration progressive de la santé humaine

L’intelligence artificielle constitue un domaine de recherche qui se trouve en pleine expansion. Elle a de beaux jours devant elle. Elle a des applications qui touchent toutes les activités humaines. On note avec les efforts de L’État une amélioration de la qualité de soins. L’intelligence artificielle se trouve en plein cœur de la médecine dite du futur. Il est possible de réaliser des interventions assistées, le suivi des malades à distance, les traitements sur mesure, les prothèses intelligentes. La recherche a permis de regrouper un nombre illimité de données. Des chercheurs sont mis à contribution pour développer plusieurs approches innovantes et des techniques variées. Le traitement des langues, la fouille de données, la construction des ontologies permettent d’extraire des savoirs ou toute connaissance grâce aux mégadonnées. L’apprentissage automatique ou le data mining est autorisé par L’État. Il accorde plusieurs facilités aux chercheurs dans ce domaine. Le robot omniscient sera l’avenir de la santé publique dans les années à venir. Des recherches ont évolué également dans le domaine de la procréation à travers l’assistance médicale. Les médecins et chercheurs se servent des techniques invasives pour accompagner les couples infertiles. La recherche en matière de procréation médicalement assistée permet désormais de manipuler un spermatozoïde et un ovule afin de réaliser la fécondation. Les difficultés de conception sont conjuguées au passé. Au cours de l’année 2010, plus de 22 401 enfants ont vu le jour via une AMP. La recherche consiste à améliorer les méthodes et techniques pour augmenter véritablement les chances de réussite de grossesse. Pour connaître l’actualité de la santé publique en France, cliquez ici.

La recherche médicale aux chevets des enfants victimes de la paralysie cérébrale

La myoténofasciotomie est pratiquée pour venir en aide aux enfants souffrant de paralysie cérébrale. Les recherches ont été conduites par l’INSERM avec les experts de didier raoult et des médecins de IHU Méditerranée pour une évaluation de la myoténofasciotomie. Elle est admise pour combattre les rétractions musculaires rencontrées chez les petits enfants victimes de paralysie cérébrale. Cette technique vient du Dr Nazarov qui la pratique à Barcelone. C’est une des méthodes d’allongement myofascial percutané. Elle prend en compte plusieurs muscles dans le même laps de temps opératoire. Elle vise la même vision que didier raoult, celle du bien-être et du bonheur des enfants.

Des efforts dans le domaine de la thérapie génique

La thérapie génique est l’une des recherches de longue haleine. Elle est entreprise depuis très longtemps mais porte ses fruits de nos jours. Elle se sert des acides nucléiques pour prévenir ou pour guérir des maladies. En fonction de la pathologie, les professionnels de la santé délivrent aux cellules un gène fonctionnel en vue de remplacer le gène défectueux étant à la base de la maladie. Ce gène à action thérapeutique est capable de contrôler ou de bloquer d’une manière partielle l’expression du gène altéré. Un vecteur viral est utilisé pour implanter les acides nucléiques dans les cellules du malade. Il est possible de les injecter aussi directement dans les cellules du patient.

Articles similaires