Go to Top

Le portage salarial

Adapté aux cadres travaillant effectuant des missions ponctuelles en tant que consultant et qui souhaitent limiter les risques inhérents au statut d’indépendant. Un solution avant de se lancer dans la création d’entreprise.

 Objectif

Le portage permet à un cadre privé d’emploi d’accepter des missions en honoraires et de recevoir un salaire versé par la société de portage.

• Pour qui ?

Il concerne les professions intellectuelles et favorise la création d’entreprise (20 %). Les seniors constituent une masse importante de ces salariés d’un nouveau type (45 % chez Itg, une des plus importantes sociétés sur le marché).
En 2002, 11 500 cadres y ont eu recours.

• Fonctionnement

Le postulant signe un CDI, avec toutes les garanties (période d’essai de 3 mois renouvelable, cotisations, congés, convention collective…).
La société prélève un pourcentage, déterminé avec le salarié, sur les honoraires versés par son client.
Le versement du salaire est effectué dès le début de l’activité sans attendre le premier paiement. Les remboursements de frais sont assurés.
Si le chiffre d’affaires ne correspond pas aux objectifs fixés, le salarié peut être licencié (avec préavis).
Il est conseillé de ne contacter la société de portage qu’à partir du moment où l’on a soi-même déjà décroché un premier contrat. Elle se propose généralement d’aider à la prospection de futurs clients.
Encore peu développé en France, le portage salarial trouve peu à peu sa place, se moralise. Il faut s’assurer que la société adhère à la FENPS (Fédération nationale du portage salarial).

• Résultats

20 % des ex-salariés de sociétés de portage ont créé leur entreprise.

Articles similaires