Go to Top

Le départ anticipé moins pénalisé

Partir à la retraite sans pouvoir justifier des 160 trimestres, cela revient à accepter une décote appliquée sur la retraite de base.

Une baisse progressive

Si vous partez à la retraite entre 60 et 65 ans sans justifier de vos 160 trimestres, vous allez subir (sauf cas particuliers) une décote par trimestre manquant pour atteindre 65 ans ou le nombre de 160 trimestres validés ; la solution la plus favorable vous étant appliquée.

Avant le 1er janvier 2004, tout trimestre manquant vous enlevait 1,25 point du pourcentage du taux plein (par exemple : 4 trimestres manquant, entraînait un taux de 50 – 5 soit 45%).
Ce coefficient de minoration va, d’ici 2008, progressivement s’alléger pour atteindre 0,625 par trimestre manquant pour les assurés nés après 1952.
Pour ceux nés entre 1944 et 1952, tout dépend de leur année de naissance.
Par exemple, un assuré né en 1947, qui prendra sa retraite en 2007 avec seulement 158 trimestres, se verra appliquer un coefficient de minoration égal à 2 pour ses deux trimestres manquant (le taux qui lui sera appliqué sera donc de 50 – 2 = 48%).

• Démarches à effectuer

La décote est calculée par votre Caisse de retraite au moment de votre demande de retraite.
Une retraite liquidée avec un taux minoré le reste définitivement. Il est donc toujours judicieux avant de choisir sa date de départ en retraite, de se renseigner sur l’éventuelle décote que vous risquez de supporter à cette date.
Votre intérêt sera alors peut-être d’attendre 65 ans, âge à partir duquel aucune décote ne s’applique sur le taux de la pension quel que soit le nombre de trimestres acquis.
Là encore, vous pouvez demander plusieurs évaluations de votre future retraite selon des dates de départ différentes, pour opter pour la solution la moins pénalisante. Sachant que si vous voulez vraiment partir plus tôt, vous pouvez peut-être atténuer la décote par un rachat de cotisations pour périodes d’études ou d’années insuffisamment cotisées.