Go to Top

Faut-il souscrire une assurance ?

Le plus souvent facultative, l’assurance doit toutefois vous être proposée par l’établissement de crédit. Si vous en souscrivez une, renseignez-vous précisément sur les risques qu’elle couvre, et ce qu’elle exclut.

A vous de choisir

Une assurance sur le prêt est proposée aussi par la plupart des établissements financiers.
Dans ce cas, ils doivent remettre au client, avec l’offre préalable de crédit, une notice qui en présente les conditions.
Le plus souvent, cette assurance est facultative, et l’offre préalable de crédit rappelle alors les modalités suivant lesquelles l’emprunteur peut ne pas y adhérer.
Si l’assurance est obligatoire, l’offre doit rappeler qu’elle peut être souscrite auprès d’un autre assureur.

• Les différentes garanties proposées

Attention, toutes les assurances ne se ressemblent pas.
Certaines couvrent seulement le remboursement du capital restant dû sur le crédit en cas de décès, d’autres jouent aussi en cas de perte totale et définitive d’autonomie.
D’autres encore ajoutent une prise en charge des mensualités en cas d’incapacité de travail (par exemple, si un accident vous empêche de travailler pendant plusieurs mois).
Enfin, certains établissements proposent des garanties « perte d’emploi »qui prévoient, à certaines conditions, que les mensualités seront, au moins en partie, payées par l’assureur si l’emprunteur est licencié.

• Des tarifs plutôt élevés

Bien sûr, plus l’assurance est large, plus elle coûte cher.
Les délais de carence (entre la signature de l’assurance et le moment où la garantie entre en vigueur) ou les franchises (délais entre la date à laquelle survient l’événement et celle à partir de laquelle l’indemnisation commence) jouent aussi sur le prix.
Mais, en général, les tarifs de ces assurances sont élevés.

• Tarif modulé en fonction de différents critères

La plupart des établissements affichent un prix identique pour tous les emprunteurs (sauf parfois les très jeunes) jusqu’à 65 ans environ, parfois sans questionnaire médical.
Au-delà, dans de nombreuses banques, des tarifs spécifiques sont appliqués et la garantie se limite souvent au décès, l’incapacité de travail étant inutile pour les retraités. Des questionnaires médicaux détaillés peuvent être demandés.
Ces assurances « seniors » couvrent en général les emprunteurs jusqu’à 70 ou 75 ans.

Articles similaires