Go to Top

Comment réguler son taux de cholestérol ?

Il faut souligner que le cholestérol est un élément indispensable à l’organisme. Il s’agit d’une graisse naturelle appelée lipide, produit par le foie. Cependant, il existe de bon et de mauvais cholestérol. Et ce dernier altère la santé jusqu’à provoquer de graves maladies.

Pourquoi réduire votre taux de cholestérol ?

Le cholestérol est indispensable pour le corps. Le taux de cholestérol total dans le corps est l’ensemble de bons et de mauvais cholestérols qui circulent dans le sang. Le bon cholestérol est le HDL et le mauvais cholestérol est le LDL. Le bon équilibre est d’avoir le maximum de bon cholestérol (supérieur à 0,35 g/l) et le moins possible de mauvais cholestérol (inférieur à 1,6 g/l). Le taux de cholestérol sanguin idéal est entre 1,8 et 2,0 g/l. Cette graisse qui circule dans le sang est nécessaire pour l’organisme, mais représente un danger quand il y a un excès. Le cholestérol forme des plaques d’athérome en se fixant sur la paroi des artères. Celles-ci se voient boucher progressivement et le sang ne peut plus circuler de façon optimale. Ce qui est à l’origine de nombreux problèmes de santé, dont le plus courant est la formation de caillots sanguins. Mais, vous pouvez également souffrir d’accident vasculaire cérébral, d’infarctus du myocarde, d’ischémie aiguë, de paralysie partielle ou globale ou d’angine de poitrine.  C’est pourquoi il est très important de réduire le taux de cholestérol.

Quelles sont les causes du cholestérol ?

On recense 5 causes qui peuvent augmenter le taux de cholestérol ou d’hypercholestérolémie. D’abord, il y a l’origine familiale et génétique. Les progénitures ont une prédominance importante. Mais, ceci ne signifie pas que le cholestérol se transmet automatiquement à toute une génération. Ensuite, il y a la prise de certains médicaments, comme les contraceptifs oraux, les diurétiques et la cortisone. Puis, plusieurs maladies, dont les maladies diabétiques, thyroïdiennes et rénales favorisent l’hypercholestérolémie. Après, une mauvaise hygiène de vie peut également augmenter le taux de cholestérol, comme une alimentation riche en graisses. Enfin, le cholestérol est favorisé par la sédentarité, car une activité physique régulière aide à équilibrer le bon et le mauvais cholestérol.

Lutter contre le cholestérol grâce à l’alimentation

Pour prévenir ou diminuer votre taux de cholestérol, il faut adopter un régime anti-cholestérol. C’est d’ailleurs la première étape conseillée par les médecins. Grâce à un simple régime, vous pouvez réduire le taux de cholestérol de 10 à 15%. Il ne s’agit pas de se mettre à un régime restrictif. Le but est de favoriser certains aliments plus que d’autres. Puis, il faut diminuer la consommation de quelques aliments sources de mauvais cholestérol. D’un côté, il y a les nourritures à privilégier, comme les produits riches en oméga 3 et en oméga 6, les huiles végétales (huiles d’olive, de colza et de tournesol), les légumes et les fruits et le poisson qui est une source importante de bons gras. De l’autre côté, il y a les nourritures à éviter, comme les viandes rouges, les produits laitiers gras, la charcuterie, les œufs, les fritures et les beignets. Les huiles végétales sont meilleures que les margarines dures et les huiles de palme que ce soit pour cuisiner ou assaisonner. Les graisses saturées d’origine animale ne comportent que de mauvais cholestérol, comme le beurre et la crème. Préférez les viandes blanches comme le poulet, la dinde et le veau à la place de la viande rouge. Enfin, supprimez les sucres rapides de votre alimentation. Au minimum, réduisez la consommation de boissons sucrées, de confiseries et d’alcool.

Lutter contre le cholestérol grâce au sport

Pratiquer une activité physique régulière est bon pour la santé. Le sport est particulièrement efficace pour réduire le taux de cholestérol dans le sang. Certains exercices sont plus efficaces que d’autres pour éliminer les mauvaises graisses de l’organisme. La seule règle qui s’instaure est que vous devez pratiquer une activité sportive de façon longue, intense et répétitive. Quoi qu’il en soit, allez-y progressivement pour respecter votre faculté cardiaque et l’augmenter petit à petit. Par ailleurs, les sports d’endurance sont à privilégier comme la course à pied, le vélo et la natation. Si vous optez pour la course à pied, effectuez une séance de 20 minutes à votre rythme, à raison de 3 fois par semaine. Au fur et à mesure que vous vous entraînez, vous pouvez rallonger la durée de 45 minutes, avec un rythme plus ou moins soutenu ou alterné. Si vous choisissez le vélo, optez pour un vélo classique plutôt qu’un VTT. Pour commencer, choisissez un terrain plat avec moins de dénivelés. Une sortie de 1h30 ou 2h suffit amplement, à raison de 2 à 3 fois par semaine. Avec le temps, vous pouvez expérimenter des chemins avec plus de pentes pour mieux solliciter l’effort et donc, de brûler plus de graisses. Enfin, la natation est également un excellent sport d’endurance. Vous devez nager 25 à 45 minutes en variant les techniques de nage pour solliciter toutes les parties du corps.