Go to Top

Les villages destinés aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer en Europe

L’expérience néerlandaise

D’Amsterdam à Monza, en passant par la France, la maquette du “village Alzheimer” de Weesp a fait école. C’est un véritable village avec des maisons basses de style bourgeois classique, avec plusieurs commodités comme un supermarché, un restaurant, un théâtre, un coiffeur.

Les habitants de ce village sont environ 150 personnes âgées atteintes d’Alzheimer ou d’autres formes de démence sénile, qui passent leurs journées dans une atmosphère de sérénité et de normalité. Ces patients peuvent passer leur temps comme ils le souhaitent, se promener dans les rues du village, faire du shopping, s’arrêter sur la petite place et entretenir des relations sociales. Ils peuvent quitter le village, mais seulement s’ils sont accompagnés. Le petit village est équipé d’un système de contrôle constant mais discret et non invasif.

Médecins, infirmières et travailleurs de la santé sont présents 24 heures sur 24 et les blouses blanches sont strictement abolies. En bref, le défi pionnier du village de Weesp, était de réduire le processus de médicalisation des personnes souffrant de démence et de leur permettre d’utiliser au mieux les compétences qui leur restaient. Les maisons ont été conçues de manière ad hoc, en fonction des modes de vie et des besoins des personnes. Les patients peuvent apporter avec elles non seulement leurs effets personnels et leurs proches, mais aussi quelques meubles au sein du village Alzheimer. Comme pour dire, un soutien en « thérapie de la mémoire » qui fait partie intégrante de l’esprit qui anime la vie et les activités sociales du village à 20 kilomètres d’Amsterdam.

De la ville néerlandaise, l’expérience s’est également étendue à d’autres villes d’Europe. Il s’agit de la ville de Monza qui a inauguré le premier village Alzheimer en Italie et le deuxième en Europe.

Le pays trouvé à Monza

« Le pays trouvé », c’est le nom de la « petite ville dans la ville » qui accueille les personnes âgées. Ce centre a été créé par la coopérative La Meridiana. Quatorze mille mètres carrés de terrain sur lesquels se trouvent des appartements, un bar, une église, une place, un parc et plusieurs magasins. Le village ehpad peut accueillir 64 résidents, répartis dans huit appartements, et 55 travailleurs dont des médecins, des infirmières et des bénévoles.

Il y a 8 chambres à coucher pour chaque unité, qui comprend également une cuisine, un salon et une salle de télévision. Chaque appartement est structuré avec des systèmes domotiques et des systèmes technologiques spéciaux. Les données, le contrôle et la technologie vont de pair, combinant de manière naturelle le besoin de liberté des hôtes avec la garantie de vigilance, grâce à une utilisation élevée de technologies innovantes.

L’objectif est de simplifier au maximum la reconnaissance des lieux, afin que les décisions à prendre soient réduites au maximum et que le choix soit très simple. Il s’agit de rendre les chemins si évidents et reconnaissables que la personne ne doit pas avoir le doute sur “comment le faire pour”, mais simplement y aller. L’effet ? Il minimise les handicaps dans la vie quotidienne, le stress, l’agressivité et même la consommation de drogues ».

Le Pays Redécouvert est un projet révolutionnaire, un changement de paradigme dans la façon dont nous comprenons les soins, l’assistance et dans la conception du bien-être. C’est un lieu de soins, mais aussi de rencontre et d’échange, un trait novateur également par rapport au modèle néerlandais longuement étudié. Les spécificités consistent précisément dans l’accent mis sur la vie sociale. La relation fait partie de  culture et des habitudes quotidiennes italiennes, c’est pourquoi il est prévu de nombreux espaces pour les activités de groupe ».

Le village de Dax

Un autre village Alzheimer est sur le point d’être construit à Dax, dans les Landes françaises. Le village devrait accueillir environ 120 malades, comme les villages néerlandais et italien, mais avec un élément supplémentaire, à savoir un département de recherche interne chargé de tester « sur le terrain » des thérapies alternatives contre la maladie d’Alzheimer.

Il sera construit autour d’une place carrée entourée d’arcades, avec toutes les installations nécessaires, du salon de beauté au bar et au supermarché, de l’auditorium à la médiathèque. Pas de clôtures, des espaces ouverts accessibles à tous, des chemins sûrs et sans obstacles, un grand parc de 7 hectares, des appartements d’hôtes et des studios pour les familles en visite et les chercheurs.

Ce village Alzheimer accueillera également un centre de recherche, parfaitement « camouflé » entre les maisons et les lieux de rencontre, qui mènera une étude comparative sur l’impact des nouvelles approches thérapeutiques testées dans le village. En bref, un test scientifique en temps réel sur la gestion de la démence sénile sans blouse blanche visible.