Go to Top

Apnée du sommeil : l’identifier, la traiter

L’apnée nocturne est classée comme un trouble du sommeil lié à la respiration. En effet, la respiration de ceux qui en souffrent s’arrête de façon répétée pendant un temps assez long pour perturber le sommeil et, souvent, réduire la quantité d’oxygène et augmenter le niveau de dioxyde de carbone dans le sang. Tous les troubles respiratoires du sommeil ne peuvent pas être classés dans la catégorie de l’apnée du sommeil.

Plus précisément, nous définissons :

– Apnée du sommeil : Lorsque l’interruption de la respiration varie de 10 secondes à moins de 3 minutes.

– Hypapnée – Lorsque vous avez une réduction partielle de la respiration, pas complète.

– RERA (de l’anglais, Respiratory Effort Related Arousal) – Lorsqu’il y a une limitation de la respiration, avec une augmentation progressive de l’effort respiratoire suivie d’une libération soudaine. Ce trouble touche plus fréquemment les hommes que les femmes, dont l’incidence est plus élevée après la ménopause.

Les différents types d’apnée du sommeil

Il existe trois types d’apnée du sommeil :

– L’apnée du sommeil de type central

Elle survient lorsque les centres du cerveau responsables du contrôle de la respiration n’envoient pas d’influx respiratoire aux muscles responsables de la respiration. Dans ce cas, il y a une sorte d'”oubli respiratoire” de la part du cerveau.

– Apnée obstructive du sommeil (SAOS) et syndrome d’apnée du sommeil

Il est causé par une obstruction des voies aériennes supérieures et représente la majorité des cas d’apnée du sommeil. Ce type d’apnée se produit lorsque le tissu mou à l’arrière de la gorge se détend pendant le sommeil et bloque les voies respiratoires, provoquant des interruptions et des diminutions du débit d’air dans les voies respiratoires, suivies de micro-réveils qui permettent de reprendre une respiration normale. Avec l’aggravation du SAOS, le tableau clinique devient plus compliqué, ce qui conduit au syndrome d’apnée du sommeil (syndrome d’apnée obstructive du sommeil, SAOS), caractérisé par une symptomatologie spécifique.

– Apnée du sommeil mixte (apnée du sommeil complexe)

Se produit comme une combinaison de facteurs centraux et obstructifs qui se produit dans le même épisode d’apnée. Ces épisodes, très souvent, commencent par une apnée obstructive et sont traités comme tels.

Parmi les trois types de troubles, l’apnée obstructive du sommeil est la plus courante. Elle est courante dans la société occidentale, dont la prévalence est estimée à 6 % dans la population générale.

Symptômes de l’apnée du sommeil

Les personnes qui souffrent d’apnée obstructive du sommeil présentent un ronflement net dès les premiers stades du sommeil. Le ronflement devient de plus en plus fort jusqu’à ce que le sujet arrête de respirer pendant quelques secondes, puis se remette soudainement à respirer et entame un nouveau cycle, qui se répète de la même manière. Les principaux effets du syndrome d’apnée du sommeil sont les suivants :

– Somnolence diurne et sommeil soudain

– Réflexes lents

– Manque de concentration

– Réveils brusques avec sensation d’étouffement

– Réveils avec sécheresse de la bouche et maux de gorge

– Troubles du sommeil et essoufflement

– Maux de tête

– Maux de tête matinaux

– Diminution de la libido

En outre, l’apnée du sommeil a tendance à aggraver l’humeur des personnes qui en sont atteintes, provoquant des troubles tels que Sautes d’humeur Irritabilité Dépression.

Facteurs de risque

Les personnes souffrant d’apnée obstructive du sommeil (AOS) ou du syndrome d’apnée du sommeil ont les voies respiratoires étroites en raison de divers facteurs qui incluent généralement :

– Surpoids et obésité – L’excès de tissu adipeux provoque une augmentation de la masse des tissus mous du cou, soumettant les muscles de la gorge, donc la respiration, à de grands efforts. Un excès de graisse dans l’estomac peut également provoquer des difficultés respiratoires, aggravant ainsi le trouble.

– Sexe – Pour des raisons encore mal connues, l’AOS et l’OSAS sont plus fréquents chez les hommes.

– Âge – Bien que le syndrome d’apnée du sommeil puisse se développer à tout âge (l’apnée du sommeil étant une affection assez fréquente chez les enfants), il est plus courant de se produire chez les personnes de plus de 40 ans.

– Circonférence du cou – Les hommes ayant une circonférence du cou supérieure à 40 cm environ présentent un risque plus élevé de développer un SAOS.

– Voies respiratoires étroites – Amygdales élargies, grandes adénoïdes de la langue ou petite mâchoire inférieure.

– Alcool – La consommation d’alcool, surtout avant d’aller au lit, peut aggraver les ronflements et les effets d’apnée.

– Fumer – L’habitude de fumer facilite l’apparition du syndrome d’apnée du sommeil.

– Ménopause – Les changements de taux d’hormones pendant la ménopause peuvent entraîner une relaxation excessive des muscles de la gorge, ce qui affecte l’apparition du syndrome d’apnée du sommeil.

– Congestion nasale – Les apnées sont plus fréquentes chez les personnes sujettes à une congestion nasale continue, causée par une déviation de la cloison nasale ou des polypes nasaux.

Diagnostic de l’apnée du sommeil

L’apnée obstructive du sommeil (AOS), donc le syndrome d’apnée du sommeil, est souvent un trouble sous-diagnostiqué : les personnes qui en souffrent peuvent ne pas se rendre compte qu’elles en sont atteintes. Si vous pensez que vous souffrez de SAOS – en raison de la présence d’effets diurnes particuliers – l’aide de votre partenaire ou d’un membre de votre famille devient essentielle afin de vérifier s’il y a eu des interruptions de la respiration pendant la nuit. Si tel est le cas, il est nécessaire de contacter votre médecin ou un soignant spécialisé en apnée du sommeil, c’est-à-dire un expert en médecine du sommeil, qui vous indiquera l’interdiagnostic à effectuer.

Dans les cas suspects, le médecin peut soumettre le sujet à des mesures instrumentales de divers paramètres par polysomnographie (PSG). Il s’agit d’un test de diagnostic non invasif auquel les sujets de tous âges (adultes et enfants) souffrant de troubles du sommeil peuvent être soumis au moyen d’un instrument spécialisé : le polysomnigraphe. L’examen enregistre la tendance et les variations de certains paramètres physiologiques au cours des différentes phases du sommeil REM (Rapid Eye Movement) et du sommeil non REM. Elle peut être effectuée dans les centres hospitaliers, mais il est également possible de faire une polysomnographie à domicile. Le patient est muni d’un capuchon élastique avec des électrodes sur le cuir chevelu, positionnées à l’aide d’un gel électro conducteur, pour enregistrer l’activité électrique du cerveau, ainsi que de capteurs le long du corps, pour surveiller l’activité du cœur et musculaire. Pour les sujets qui doivent subir une polysomnographie, il existe des avertissements spéciaux, à l’exclusion de l’abstention de boissons alcoolisées ou contenant de la caféine de la veille et de la réduction de la fumée de cigarette (nicotine) dans les heures précédentes, qui pourraient modifier les résultats des tests. Une fois l’examen terminé, le sujet peut se déconnecter des capteurs et reprendre ses activités normales.

Les autres tests pour l’apnée du sommeil sont :

Polygraphie respiratoire

Électroencéphalogramme (pour examiner l’activité électrique du cerveau)

Électromyographie des membres (pour examiner l’activité musculaire)

Les cures

La thérapie du syndrome d’apnée du sommeil varie en fonction de la gravité du trouble. Dans un premier temps, en particulier pour les formes légères d’apnée du sommeil, la perte de poids seule peut s’avérer efficace. Des études ont montré qu’une réduction du poids corporel de 10 à 15% entraîne une réduction d’environ 50 ell index de gravité de l’apnée du sommeil chez les patients masculins modérément obèses. En plus de l’amaigrissement, qui est recommandé pour tous les patients, le syndrome d’apnée du sommeil peut être traité :

CPAP (de l’anglais, Continuous Positive Airway Pressure) – Il est considéré comme le traitement de première ligne pour combattre les symptômes de l’apnée du sommeil (SAOS et OSAS). Il s’agit d’un dispositif de ventilation mécanique qui induit une pression d’air positive continue dans les voies respiratoires à travers un masque facial ou nasal, généralement en silicone. Le flux d’air maintient les voies respiratoires supérieures ouvertes et évite l’effondrement, c’est-à-dire l’apnée et le ronflement. Les patients traités par CPAP présentent moins de somnolence et une concentration accrue dès les premiers stades de la thérapie, ce qui favorise également le tonus de l’humeur. Il est conseillé d’utiliser l’appareil d’apnée du sommeil pendant la nuit et, si possible, également pour les siestes de l’après-midi.

Thérapie positionnelle – Les apnées présentent souvent une composante marquée liée à la position couchée adoptée pendant les heures de sommeil. Dans ces cas, la thérapie peut consister en l’utilisation de systèmes et de dispositifs utiles pour favoriser le sommeil en décubitus latéral. Ce traitement du syndrome d’apnée du sommeil est indiqué dans les formes légères et, en plus de la CPAP, dans les cas plus graves. MAD (Mandibular Advancement Device) – Il s’agit d’un dispositif à appliquer à l’intérieur de la bouche comme s’il s’agissait d’un appareil orthodontique normal, utile pour faire avancer la mandibule et la langue pendant le sommeil, afin d’augmenter l’espace à l’arrière de la gorge. Implants palatins mobiles – Insérés sous anesthésie locale, ils servent à rendre le palais mou plus rigide, donc moins sujet aux vibrations et aux obstructions. Ils sont considérés comme sûrs mais, à l’heure actuelle, leur efficacité n’a pas encore été prouvée. Plus souvent, ils sont recommandés dans des cas exceptionnels pour traiter les ronflements associés à l’AOS.

Chirurgie – La chirurgie n’est pas toujours recommandée pour le traitement de l’apnée obstructive du sommeil (AOS) et du syndrome d’apnée du sommeil (SAOS) : en fait, elle s’est avérée moins efficace que la CPAP, et comporte des risques de complications graves. En général, on a recours à la chirurgie si tous les autres traitements ont échoué. Les opérations chirurgicales les plus courantes pour l’apnée du sommeil sont l’amygdalectomie (ablation des amygdales, où elles obstruent la circulation de l’air dans les voies respiratoires), l’adénoïdectomie (ablation des adénoïdes), la trachéotomie (insertion d’un petit tube directement dans le cou, pour permettre une respiration libre même si les voies respiratoires dans la partie supérieure de la gorge sont obstruées). Dans les cas où l’obésité est la première cause d’apnée du sommeil, la chirurgie bariatrique s’est avérée utile, grâce à une réduction de la quantité de graisse précédemment accumulée dans les régions de l’abdomen et du cou. En outre, en règle générale, l’apnée du sommeil peut être réduite en adoptant un mode de vie plus sain. Il est donc recommandé : de perdre du poids d’arrêter de fumer de réduire la consommation d’alcool d’éviter les sédatifs et les somnifères de faire régulièrement de l’exercice d’éviter la caféine et les repas lourds avant de s’endormir de maintenir des heures de sommeil régulières.

En plus de la thérapie positionnelle spécifique, vous pouvez dans tous les cas utiliser des remèdes pour le syndrome d’apnée du sommeil, c’est-à-dire des précautions pour améliorer la qualité du sommeil, par exemple :

-Dormir d’un côté

-Gardez la tête un peu plus haute que le reste du corps, en utilisant un oreiller plus haut

-Gardez vos voies nasales ouvertes en utilisant des dilatateurs, des sprays ou des patchs nasaux

-Renforcez vos muscles pour garder vos lèvres fermées, en mâchant un chewing-gum environ 10 minutes avant de vous endormir

Conduite et apnée du sommeil

Comme le soulignent les experts, l’apnée du sommeil augmente les risques sur les routes. Pour tenter d’endiguer le problème, l’Union européenne a publié la directive 2014/85/UE – transposée par le ministère de la Santé avec le décret du 22 décembre 2015 – qui établit les conditions d’obtention et de renouvellement du permis de conduire pour les personnes souffrant ou suspectées de souffrir du syndrome d’apnée du sommeil (SAOS).

En particulier : Les personnes identifiées par le médecin monocratique comme “personnes suspectées de syndrome d’apnée du sommeil” devront faire l’objet d’une enquête plus approfondie. Pour les “sujets suspectés d’être atteints d’OSAS”, un questionnaire sur la somnolence diurne sera soumis pour définir le degré de risque pour la circulation routière.

Pour les sujets identifiés comme “à haut risque”, la décision sur l’aptitude à conduire sera transmise à la Commission médicale locale (CML), qui effectuera un test spécifique sur les temps de réaction, pour évaluer toute diminution du niveau de vigilance, et décidera de permettre ou non au sujet de conduire. Si le diagnostic d’apnée du sommeil a déjà été vérifié, une licence ne peut toutefois être délivrée qu’à la condition qu’ils démontrent qu’ils sont traités et qu’ils ont un contrôle adéquat des symptômes, avec une amélioration relative de la somnolence diurne. Si tel n’est pas le cas, le permis ne peut être ni délivré ni renouvelé, et les personnes souffrant d’OSAS verront également leur permis réduit à trois ans (pour les conducteurs de véhicules des catégories A et B) ou à un an (pour les conducteurs de véhicules des catégories C et D), afin d’encourager une vigilance continue dans le respect des soins.