Go to Top

Les Sicav, les FCP et le PEA

A long terme, la Bourse offre de meilleures performances que les autres placements. Mais avec de très fortes fluctuations. Une option éventuelle pour une partie de votre épargne, à condition d’avoir les moyens d’être patient.

Portefeuille géré par un professionnel

Souscrire des Sicav ou des FCP donne accès d’emblée à un portefeuille diversifié sur de nombreux titres, sans souci de gestion : un gérant professionnel pilote ce portefeuille, dont l’orientation (petites ou grandes entreprises, françaises, européennes ou internationales…) est précisément définie dans le prospectus simplifié ou la notice d’information.
Ce document doit être remis à tout souscripteur, et il est recommandé de le lire attentivement avant d’investir. Pour limiter le risque, vous pouvez opter pour un fonds à formule ou au moins panacher vos investissements sur plusieurs Sicav et FCP de profils différents.
Sachez aussi que, pour réduire les frais, certains établissements, notamment des courtiers en ligne, sur Internet (Boursorama…), proposent des comptes-titres qui permettent de souscrire une sélection de ces placements sans payer de commission de souscription (droits d’entrée).
La mise de départ n’est pas forcément importante. Beaucoup de banques ou de compagnies d’assurance proposent d’investir automatiquement quelques dizaines d’euros tous les mois sur la Sicav ou le FCP de votre choix.
Vous sélectionnez celui qui vous intéresse dans une liste préétablie, et la somme prévue sera prélevée chaque mois sur votre compte pour réaliser l’investissement demandé.

• Le PEA

Pour profiter d’un cadre fiscal avantageux, ouvrez un PEA (plan d’épargne en actions). Vous y versez de l’argent avec lequel vous achetez des actions d’entreprises ayant leur siège dans la communauté européenne, en Islande ou en Norvège, ou des parts de Sicav ou de FCP investis à 75 % au moins sur de tels titres.
5 ans après la souscription, tous les gains – plus-values, mais aussi dividendes reçus – réalisés au sein du plan sont exonérés d’impôt (hors prélèvements sociaux) en cas de retrait.
Il faut toutefois attendre 8 ans pour pouvoir faire des retraits partiels sans fermer le plan ou demander la conversion du capital en une rente viagère non imposable (mais soumise aux prélèvements sociaux pour une partie de son montant).
Autre piste : l’assurance vie. Certains contrats multisupports donnent en effet accès à de nombreux Sicav ou FCP, voire à une sélection des meilleurs du marché. Mais les frais à supporter sont en général supérieurs à ceux demandés sur un PEA.

Articles similaires