Go to Top

Chirurgie esthétique : quelles sont les technologies utilisées ?

chirurgie esthétique

Avoir recours à la chirurgie esthétique est de plus en plus courant. Elle permet selon le cas de mettre fin à un complexe ou de «réparer» le corps notamment après un accident ou une maladie. Avec les évolutions de la science les résultats obtenus sont phénoménaux, et plus encore avec l’émergence de la technologie dans ce secteur. Les techniques utilisées sont moins invasives et les résultats de plus en plus naturels.

Chirurgie esthétique, le délaissement progressif des techniques invasives

nouvelles techniques de chirurgie esthétiqueOn assiste en chirurgie esthétique au délaissement progressif des techniques invasives. Les patients ont désormais une forte préférence pour les traitements qui n’exigent pas une longue période de convalescence. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont de plus en plus nombreux à se rendre en Tunisie où les technologies de la chirurgie esthétique sont particulièrement développées, pour des tarifs moindres en comparaison de ceux pratiqués en France.

Ainsi, à titre d’exemple, pour faire fondre la graisse la liposuccion laser est préférée à la liposuccion classique. En utilisant une canicule qui fait pénétrer le laser de quelques millimètres dans la peau, il devient alors possible de faire fondre la graisse du ventre ou des bras en laissant des cicatrices quasiment invisibles. C’est également le cas du lipofilling, technologie grâce à laquelle l’on peut augmenter sa poitrine en injectant des cellules adipeuses prélevées directement sur le patient.

Chirurgie esthétique, l’utilisation des technologies informatiques pour de meilleurs résultats

De nos jours patients et professionnels de la chirurgie esthétique sont en quête de résultats plus naturels. À condition de bien choisir son chirurgien (trouvez des conseils à ce sujet sur Astuce Santé), il est possible que cela soit le cas en Tunisie. Il faut dire que la forte affluence de patients permet aux nombreux professionnels qui s’y trouvent de gagner en expérience et en dextérité. Mais là n’est pas le seul élément qui justifie la qualité des résultats obtenus dans le pays.

Si la chirurgie esthétique permet d’obtenir des résultats de plus en plus irréprochable et proches du naturel c’est également parce que la réalité virtuelle s’applique à ce secteur. Grâce à un simulateur virtuel les patients peuvent avoir une idée assez précise du résultat avant de subir l’intervention. Il y ainsi moins de risque de déception. L’application de la réalité virtuelle à la chirurgie plastique permet par ailleurs au chirurgien d’être plus précis dans ses gestes.

Chirurgie esthétique, les traitements qui survivent aux nouvelles technologies

En matière de chirurgie esthétique les avancées sont fréquentes. De nouvelles technologies n’ont de cesse d’apparaître, au grand plaisir de ces nombreuses célébrités qui, comme vous pouvez le voir dans cet article, n’hésitent plus à se rendre en Tunisie pour en profiter. Ces nouvelles méthodes étant moins invasives, les douleurs post-opératoires sont minimes et voir quasiment inexistantes pour certains actes. Néanmoins, il existe encore des traitements qu’on peut qualifier de classiques qui survivent.

C’est le cas notamment de l’augmentation mammaire par pose des implants. Figurant parmi les actes les plus demandées par la gente féminine, elle reste largement préférée à l’augmentation mammaires par injection de graisse. Chez les hommes l’abdominoplastie reste plus plébiscitée que la liposuccion au laser. Il faut dire que cette dernière technologie aussi innovante soit-elle n’est pas toujours indiquée. C’est notamment le cas en présence d’un relâchement cutanée au niveau du ventre.

De nouvelles technologies émergent dans le domaine de la chirurgie esthétique. Elles présentent moins de risques de complications et permettent d’obtenir des résultats plus durables et naturels. Il reste néanmoins essentiel de toujours choisir un professionnel qualifié afin de se voir appliquer le traitement le plus adapté eut égard à vos besoins.