Go to Top

Quelle est l’influence de la nutrition sur le développement du cancer ?

Il y a constamment de nouveaux rapports sur les substances contenues dans les aliments susceptibles de provoquer le cancer et ceux pouvant nous protéger de cette maladie. De nombreuses personnes craignent la présence de substances prétendument cancérigènes dans leur alimentation. D’ailleurs, il faudrait accorder une bien plus grande importance à la prévention du cancer par une alimentation saine. En matière de nutrition, comment faut-il donc s’alimenter pour éviter le cancer ?

Une tumeur se développe

Un cancer se développe en plusieurs étapes sur plusieurs années, voire plusieurs décennies. Au cours de la vie, de nombreux facteurs peuvent entraîner des modifications de notre information génétique. Il s’agit à la fois de mécanismes ayant lieu dans le corps et de facteurs affectant le corps de l’extérieur.

Si les mécanismes de défense de notre corps ne remédient pas à ces défauts, des dommages permanents peuvent survenir, entraînant une régulation défectueuse de la croissance cellulaire. Les cellules se multiplient alors de manière incontrôlée et une tumeur se développe. Il s’agit d’un processus très complexe qui n’a pas encore été clarifié dans tous les détails.

Nutrition et mode de vie

De nombreuses études et observations prouvent que le développement du cancer est fortement influencé par le mode de vie et l’alimentation. Non seulement notre alimentation quotidienne nous donne une sensation de satiété, mais les composants alimentaires interviennent également dans un nombre infini de processus métaboliques se déroulant dans notre corps. En fonction de ce que nous mangeons, nous pouvons l’utiliser pour mettre le cap dans une direction ou une autre.

Elle semble dépendre moins de composants alimentaires individuels isolés que du schéma nutritionnel global d’une personne. La sélection, la préparation et la quantité de nourriture consommée quotidiennement sont cruciales.

Beaucoup de fruits, de légumes et de céréales

Certains ingrédients alimentaires ont des effets bénéfiques pour la santé. Il s’est avéré que c’est principalement le cas des aliments d’origine végétale. Les fruits et légumes, en particulier, contiennent des substances pouvant protéger contre le développement du cancer dans divers organes. Il s’agit notamment de vitamines, de minéraux, de fibres alimentaires et de substances végétales secondaires. L’interaction du cocktail de ces différentes substances semble avoir plus d’effets que des doses élevées d’ingrédients individuels.

Pendant longtemps, il a été question de savoir si la prise de fortes concentrations d’antioxydants tels que la vitamine C, la vitamine E et le ß-carotène pouvait prévenir le cancer. En effet, les vitamines à activité antioxydante sont capables de protéger l’information génétique d’une cellule contre les dommages oxydatifs et donc de la protéger contre les dommages permanents, voie le cancer. Cependant, des études à grande échelle n’ont pas pu prouver que des doses plus élevées assurent également une meilleure protection. Certaines études ont même montré des taux de cancer plus élevés chez les personnes ayant pris de fortes doses d’antioxydants.

Limiter sa consommation de viande et de charcuterie

D’autre part, une consommation élevée de viande semble avoir un effet négatif sur le développement de certains cancers (par exemple le cancer du sein et du colon). Si la viande est très souvent au menu, cela signifie généralement que l’apport en énergie et en graisse est très élevé, ce qui entraîne souvent un surpoids.

En même temps, la consommation de fruits et légumes est généralement négligée. Il est également possible que l’apport en fer associé à la consommation de viande soit important, car le fer favorise la formation de radicaux d’oxygène, qui à leur tour peuvent causer des dommages oxydatifs aux cellules.

Un autre point important est la préparation de la viande. Selon le mode de cuisson, il peut se former des substances (amines aromatiques hétérocycliques, hydrocarbures aromatiques polycycliques) dont l’effet cancérigène a été démontré lors d’expériences sur les animaux. Ces substances se forment en particulier lors du brunissage, du grillage et de la cuisson de la viande.

Normaliser le poids

Plus de 65 % des hommes et 55 % des femmes sont en surpoids. Et pourtant, le surpoids est un facteur de risque indépendant du développement de certains types de cancer. Si le poids est trop élevé, cela entraîne de nombreux changements dans l’équilibre hormonal du corps, ce qui peut également avoir une influence sur le développement du cancer.

Par exemple, une conversion des androgènes (hormones sexuelles mâles) en œstrogènes (hormones sexuelles femelles) a lieu dans le tissu adipeux, entraînant une augmentation des niveaux d’œstrogènes. La concentration d’œstrogènes dans l’organisme a une influence significative sur le cancer du sein et de l’utérus. Cependant, il semble également y avoir un risque plus élevé pour d’autres types de tumeurs si le patient est en surpoids. Un IMC (indice de masse corporelle) compris entre 20 et 25 s’est avéré optimal.

Commencez dès aujourd’hui !

Le développement du cancer est un événement complexe, sur lequel notre alimentation et notre mode de vie ont une influence importante. Vous pouvez vous-même définir la voie à suivre. Privilégiez les aliments d’origine végétale, évitez la surcharge pondérale et faites plus d’exercice. Votre corps vous remerciera également en évitant le développement d’autres maladies telles que le diabète sucré et les troubles cardiovasculaires.