Go to Top

Les trois énergies de la médecine traditionnelle chinoise

Le rein et le cœur sont les axes verticaux des trois énergies, et dans la médecine traditionnelle chinoise, ces dernières sont retrouvées dans de nombreux concepts sous différentes formes. L’un des principaux aspects est celui concernant les trois énergies représentant les différents niveaux d’énergie (corporel, émotionnel-mental et spirituel) et l’espace temporel (passé-anthénat, présent-individu, futur). Ces énergies sont appelées “San Bao” (les trois trésors) et sont : le Jing (Essence) contenu dans les reins (Eau), le Qi (Souffle ou énergie interne) et le Shen (Esprit), qui réside dans le cœur (Feu). Ils sont à l’origine de l’homme et cette trinité, appelée “Trois Trésors”, caractérise l’émanation des trois pouvoirs : le ciel, la terre et les échanges entre les deux à travers l’homme.

L’essence nutritive :  le Jing

L’idéogramme représentant le Jing est composé de trois caractères. En effet, le caractère de gauche indique un épi de riz coupé afin de reconnaître les grains, celui de droite en haut représente une très jeune plante verte, et enfin le caractère du bas indique la viande. Elle est la base de toutes les activités vitales et représente l’énergie qui maintient l’être humain en vie. Son usure entraîne ainsi la décomposition, le vieillissement et finalement la mort.

L’idéogramme dans son ensemble est donc d’indiquer quelque chose de matériel, quelque chose de vivant qui a en soi le germe de vie et surtout le potentiel de croissance, comme un petit bourgeon vert, comme le printemps qui se développe progressivement en vitalité avec tous les êtres vivants pour fleurir en pleine maturité de l’été.

Jing signifie au sens large germe de vie, essence vitale et aussi énergie sexuelle. La racine du Jing se trouve dans les reins (élément eau), elle est héritée par les parents au moment de la conception en étant plus tard constamment réapprovisionnée par les essences nutritionnelles traitées par le couple Rate/Estomac.

La vitalité ou le Qi

Le Jing peut être sublimé dans le Qi en demeurant nettement plus impalpable que le premier, et trouve sa source au niveau du nombril, dans l’élément Terre. Le Qi (souffle, l’essence du souffle, l’énergie vitale) est l’énergie cosmique imprégnant l’univers entier et les transformations du monde naturel. Il est donc à la base de toutes les activités vitales du corps humain, qui sont d’ailleurs toutes considérées comme un mouvement et une transformation du Qi.

Les deux caractères composant son idéogramme expriment notamment une forme d’énergie capable de se manifester de diverses manières. La première de ces manifestations est plus concrète (caractère inférieur) et représente un épi de riz qui symbolise l’aspect substantiel de la matière. Le caractère supérieur indique ensuite la vapeur que libère le riz lors de sa cuisson montant vers le haut. Ladite vapeur est plus éthérée et représente le Qi à l’état informe.

L’idéogramme complet exprime ainsi l’essence changeante du Qi universel qui, de matériel, devient immatériel et inversement. Il représente l’élément céleste et terrestre, le Ciel et la Terre, le Yang et le Yin en plus l’essence vitale qui anime chaque élément présent dans la nature et qui, selon son degré de condensation, devient plus matériel ou plus éthéré et spirituel.

Le Shen ou le surnaturel

Le Shen est un concept complexe à traduire dans le monde occidental, et pour l’expliquer plus simplement disons que le Qi peut être à son tour sublimé, puis transformé en Shen, qui s’illustre par l’esprit, l’énergie de la conscience en relation avec l’esprit et le cerveau. Il est perçu comme une forme extrêmement pure de vibration énergétique, unissant tous les êtres vivants.  Il réside partout dans l’organisme mais surtout dans le Cœur (l’élément du Feu), et guide son orientation profonde, consciente et spirituelle tout au long de la vie. Le Shen s’accumule également dans le « Dan Tian » supérieur, entre les sourcils, et circule dans les huit Méridiens extraordinaires.