Go to Top

Les maux de tête d’un point de vue énergétioque : causes, traitements et prédispositions

Le terme médical pour le mal de tête ou migraine est la céphalée, auquel correspondent les sensations douloureuses limitées à la tête ; elles peuvent avoir des intensités et des localisations différentes, continues ou intermittentes. À leur tour, les céphalées peuvent être considérées comme primaires lorsqu’elles sont considérées comme une maladie et secondaires lorsqu’elles font partie d’un symptôme attribuable à d’autres maladies. Maux de tête forts, maux de tête frontaux, maux de tête aussi fréquents que chaque jour, douleurs derrière la tête, ne sont que quelques formes de manifestations avec lesquelles les gens expriment leur malaise.

La céphalée : d’une situation bénigne à un symptôme majeur

Dans la céphalée primaire, vous avez une céphalée migraineuse, une céphalée de tension musculaire, une céphalée en grappe, une céphalée mixte, une céphalée psychogène pure, une céphalée post-traumatique tardive ; ce ne sont là que quelques types de céphalées, les causes physiologiques ne sont pas encore claires, bien que la dilatation ou les constrictions qui entraînent des anomalies dans le flux sanguin cérébral soient évidentes, cette affection entraîne une inflammation neurogène et une stimulation des terminaisons nerveuses intracrâniennes. En conséquence, le cerveau semble établir des mécanismes automatiques encore peu clairs d’où proviennent les principales causes courantes des maux de tête. Les symptômes d’un mal de tête sont généralement identifiable rapidement et peuvent soulagés avec la prise d’un ou plusieurs médicaments.

Le fait d’avoir toujours des maux de tête n’est pas toujours une raison pour les maladies graves en cours, mais il est toujours nécessaire de consulter le médecin pour éviter l’apparition de problèmes plus graves. Parfois, les causes peuvent être recherchées parmi les plus courantes telles que le stress, les contractions involontaires des muscles cervicaux des épaules et de la tête, les troubles alimentaires, l’apport insuffisant en eau, l’insomnie ou les troubles du rythme du sommeil, la faim, les changements de temps. Le mal de tête est donc une sorte de système de défense, un peu comme le déclenchement de mécanismes d’alarme internes comme un réflexe automatique en cas de danger.

Les personnes prédisposées aux maux de têtes

Dans la période où les femmes sont en âge de procréer, pendant la période prémenstruelle ou ovulaire, elles sont sujettes à l’apparition de maux de tête qui peuvent disparaître après un traitement hormonal adéquat ou avec le début de la ménopause. Les enfants peuvent également être sujets à des maux de tête pour des raisons similaires, selon certaines études jusqu’à 25 ans et les enfants observés ont eu des maux de tête au moins une fois dans leur vie, surtout en âge scolaire. Bien que cela soit une source d’inquiétude pour les parents, des maux de tête chez les enfants peuvent apparaître et il peut tout de même être nécessaire de consulter le pédiatre si le symptôme ne disparaît pas.

Comment faire disparaître le mal de tête ?

Existe-t-il des remèdes naturels ? La meilleure méthode est toujours d’adapter un meilleur mode de vie, et de compenser diverses carences telles que le sommeil, le repos est sûrement la meilleure stratégie, une plus grande réhydratation et un jeûne court ; si c’est un moment où le régime alimentaire n’est pas réglementé ou si l’on mange correctement ; si l’on saute des repas, on peut se servir de la valériane et du thé à la camomille, qui relaxent, sont les meilleurs choix. Les tisanes spécifiques pour réconcilier le sommeil sont également excellentes : l’aubépine, par exemple. Un autre grand remède est un supplément à base de magnésium. Ce précieux minéral, souvent présent en petites quantités dans l’organisme, permet de lutter contre les maux de tête idiopathiques.

Interpréter le mal de tête

La lecture énergétique du mal de tête voit plutôt affecté les zones du plexus solaire et donc le fascia des organes sous le diaphragme, en particulier l’estomac, le foie et la rate. Ce dernier est actif, en particulier lorsque la présence de stress dans l’environnement est assez élevée. Le foie possède, quant à lui une connexion étroite avec la région des yeux peut générer un mal de tête dans la région des yeux en raison de l’excès de stress. Enfin, la zone des reins, en particulier des surrénales, est affectée par le mal de tête en raison du stress.

La zone de la tête représente notre relation avec l’autorité, et il est normal que sur le lieu de travail, il y ait des situations que vous vous sentez obligé de gérer et que vous ne voudriez pas gérer. Evidemment cela ne se produit aussi dans d’autres environnements, mais souvent le mal de tête constant est associé à des lieux de plus grande fréquentation.

Il y a aussi des aspects liés au sens spirituel comme expression du moi supérieur, surtout lorsque nous menons une vie dans laquelle beaucoup de choses semblent aller dans le sens opposé à ce que nous souhaiterions pour nous-mêmes. Mais nous devons comprendre l’emplacement du mal de tête afin de définir au mieux la cause énergétique. Ces descriptions ne sont qu’un exemple des clés d’interprétation des énergies liées aux maux de tête et qui peuvent être corrigées par des techniques pranopractiques.