Go to Top

Le génie génétique vert contre le cancer et les infections

Le génie génétique vert contre le cancer et les infections, depuis plus de 30 ans, des recherches sont en cours pour produire des vaccins à base de plantes. L’objectif est de permettre aux populations du monde entier d’avoir accès à des vaccins sûrs grâce à une méthode de production rentable. Cependant, la route vers cet objectif n’a pas été facile. Les groupes de recherche ont dû surmonter divers obstacles pour arriver là où ils en sont aujourd’hui.

Surmonter les obstacles du génie génétique vert

Certains problèmes ont déjà été résolus, tandis que d’autres attendent encore leur solution : une protection contre la dégradation protéolytique du vaccin dans le tube digestif humain est la bioencapsulation des antigènes créés par la paroi végétale. Un pliage correct et une modification post-traductionnelle correcte sont essentiels pour l’efficacité biologique du vaccin à base de plantes. De faibles rendements, même inférieurs à 1 %, sont dans certains cas une source de préoccupation pour les chercheurs. La recherche de doses de vaccins ainsi obtenus n’est pas non plus facile. L’article du blog d’aujourd’hui donne un bref aperçu de l’état de l’art des vaccins à base de plantes.

Une vaccination orale contre le cancer

Une infection par le virus de l’hépatite B augmente le risque de carcinome hépatocellulaire de 100 à 200 fois, par rapport aux personnes non infectées. Les vaccins utilisés jusqu’à présent sont produits dans des cellules CHO : lignée cellulaire immortalisée provenant des ovaires du hamster nain chinois ou dans des cellules de levure. Malheureusement, cette méthode de production est trop coûteuse pour les pays en développement. Il y a aussi souvent un manque de personnel médical formé qui peut administrer le vaccin par injection. Cela conduit à une sous-approvisionnement de la population ainsi qu’à une augmentation des infections par l’hépatite B et avec elle du carcinome hépatocellulaire. Un vaccin oral produit à partir de plantes serait en mesure de résoudre un problème mondial majeur.

Le tabac, parfois bon pour quelque chose.

À l’aide d’une plante par ailleurs cancérigène, des recherches sont menées depuis plus de 20 ans sur la vaccination contre le carcinome hépatocellulaire. Un premier succès a été célébré : un vaccin à base de plantes contre le virus de l’hépatite B pourrait être produit en utilisant des plants de tabac génétiquement modifiés, mais la route pour faire entrer ce vaccin dans notre routine clinique est plus longue que prévu. Le problème est le formulaire de demande du vaccin contre l’hépatite B à base de plantes. L’idée originale d’un vaccin contre l’hépatite B à base de plantes comestibles sans aiguille a maintenant changé. Elle a fait place à l’application parentérale et orale combinée d’antigènes produits dans les plantes.

La campagne “5 par jour” sous un nouveau jour

Depuis la production d’un vaccin contre l’hépatite B à base de plantes dans les plants de tabac, des sources d’aliments végétaux beaucoup plus digestes ont été ajoutées à la production de vaccins à base de plantes : les tomates, les pommes de terre, les papayes, les carottes et le quinoa en font partie. Les premières expériences sur des modèles animaux ont déjà été couronnées de succès. Ces plantes sont adaptées à la production des vaccins : dans les différentes séries d’expériences, le pliage correct des protéines souhaitées a été démontré. L’immunogénicité des antigènes ainsi produits a également été convaincante. Le développement de vaccins anti-hépatite B rentables dans les plants de tabac, de laitue et de maïs est actuellement à l’étude.

Premiers succès dans les études de phase I

Les vaccins à base de plantes disponibles par voie orale contre les souches d’E. coli entéropathogènes et le virus Norwalk ont déjà fait leurs preuves dans les études de phase I. La consommation de pommes de terre crues et de grains de maïs transgéniques est nécessaire pour l’administration de la dose de vaccin.

Le génie génétique vert dans la lutte contre le cancer

Les vaccins à base de plantes contre le cancer font actuellement l’objet de recherches intensives. Des vaccins à base de plantes contre le carcinome du col de l’utérus causé par les virus du papillome humain, contre le cancer du colon, contre le cancer de l’estomac causé par Helicobacter pylori et contre le cancer du sein sont en cours de développement.