Go to Top

Le dépistage endoscopique du cancer de l’estomac réduit la mortalité en Asie

Dans les pays asiatiques, le dépistage endoscopique du cancer de l’estomac pourrait réduire de 40 %, le taux de la mortalité due à cette maladie. Selon les auteurs, c’est le résultat de la première méta-analyse des études observationnelles, les plus pertinentes, dans le monde, qui a été publiée récemment.

Détection précoce du cancer de l’estomac

Selon les auteurs, la conclusion de la première méta-analyse des études observationnelles, les plus pertinentes, dans le monde affirme que le dépistage endoscopique du cancer de l’estomac pourrait réduire de 40 %, le taux de la mortalité due à cette maladie. Cela vient d’être publiée par des chercheurs dirigés par Xing Zhang du département d’oncologie de l’hôpital Guang’anmen de l’Académie chinoise des sciences médicales de Pékin. Étonnamment, le dépistage endoscopique n’a pas eu d’incidence sur l’incidence observée des tumeurs malignes.

Évaluation des données des études prospectives et rétrospectives

Selon une étude datant de 2012, chaque année, presque dans le monde entier, on dénombre environ 950 000 nouveaux cas de cancer gastrique et 725 000 décès dus à ce type de cancer. Cette statistique place le cancer de l’estomac au cinquième rang des types de cancers les plus courants et au troisième rang des causes de décès liées au cancer.

Alors que les stades précoces du cancer sont associés à une bonne chance de survie de 90% après la résection. Et celle-ci est réduite à environ 10% pour les cas avancés.

En raison de ce mauvais pronostic, selon les auteurs chinois de la méta-analyse actuelle, des études sont actuellement menées pour améliorer la détection précoce du cancer de l’estomac. Pourtant, c’est particulièrement vrai pour les pays asiatiques gravement touchés. Par exemple, des programmes de dépistage à l’échelle nationale existent au Japon, en Corée et dans les îles Matsu de Taïwan, tandis qu’à Singapour et à Taïwan, le dépistage opportuniste a également permis de réduire la mortalité due au cancer gastrique.

Pour leur étude, les auteurs ont évalué les bases de données médicales pour les mots-clés gastroscopy (et termes connexes) et stomach cancer (et termes connexes). Les principaux critères d’évaluation étaient la mortalité et l’incidence du carcinome gastrique. Seuls, les études de, cohorte cas-témoins et pro ou rétrospectives, avec des déclarations directes ou facilement déductibles sur le risque relatif (RR) des patients âgés de 18 ans et plus, pouvant être prises en compte. Les études devaient inclure un dépistage endoscopique du cancer et le comparer à d’autres méthodes ou à l’abandon du dépistage. Le taux de mortalité et l’incidence après les différentes interventions suivant le diagnostic initial ont été définis comme des paramètres secondaires.

Les carences systématiques et l’hétérogénéité des études

Au total, dix publications, qui avaient enregistré sur 342 013 patients, ont été incluses dans l’évaluation. En ce qui concerne le taux de la mortalité due au cancer gastrique, l’évaluation groupée des études a montré un RR de 0,60 pour un intervalle de confiance (IC) de 95% et de 0,49-0,73 à la suite d’un dépistage endoscopique, soit une réduction du risque de 40%. Toutefois, une grande hétérogénéité des études était frappante, et l’éruption et cela pouvait être attribuée à une seule étude, mais pas exclusivement. Si l’on excluait ce facteur de l’évaluation, le RR était de 0,56 (95 I 0,48-0,65) pour les patients qui avaient subi un dépistage endoscopique de cancer.

Par rapport à l’abandon du dépistage de cancer et au dépistage radiologique (pulpe de baryum) de cancer, le dépistage endoscopique de cancer s’est révélé nettement supérieur : RR 0,58 (95 I 0,48-0,70) pour le cas des sans dépistage ou RR 0,33 (95 I 0,12-0,91) pour les cas avec examen radiologique. Les hommes et les femmes ont bénéficié dans une mesure comparable du dépistage endoscopique de cancer. Il a également été remarqué qu’en termes de mortalité, seuls les patients du Japon et de la Corée ont bénéficié de manière significative du dépistage de cancer. Alors que la réduction des risques de cancer en Chine n’a pas atteint un niveau significatif avec environ 15 %.

Incertitude sur l’incidence du cancer gastrique

Seules deux sur les dix études examinées dans le cadre de l’étude sur l’incidence du cancer de l’estomac ont été incluses. Aucune augmentation ou diminution de l’incidence n’a été observée dans les études de dépistage de cancer. Cependant, en raison du petit nombre d’études appropriées, Xing et ses collègues mettent en garde contre la pesée de leurs résultats sur l’incidence du cancer gastrique.

Comme autres faiblesses de la publication, les auteurs citent l’utilisation d’études cas-témoins ou de cohortes. Le contexte est que les programmes de dépistage de cancer gouvernementaux au Japon et en Corée ont rendu l’utilisation d’essais prospectifs randomisés dans ces pays largement impossible. Des difficultés supplémentaires ont été causées par les grandes différences dans la conception des études incluses, en particulier la fréquence et l’intervalle de temps des examens de dépistage de cancer. Des facteurs potentiellement conflictuels, tels que l’infestation par Helicobacter pylori, ne pouvaient pas être exclus avec certitude. En outre, seules les études en anglais ont été prises en compte dans la méta-analyse. Contrairement aux objectifs initiaux de l’étude, qui étaient plus larges, toutes ces études ont été menées dans les pays asiatiques.

Malgré ces lacunes systématiques, les auteurs maintiennent la réduction de la mortalité par cancer gastrique par dépistage endoscopique et s’attendent à ce que leurs résultats soient confirmés par de futures études de cohorte prospectives en population.