Go to Top

Hémorroïdes : ce qu’il faut manger, ce qu’il faut éviter…

Hémorroïdes, quelle douleur ! Les hémorroïdes sont des structures vasculaires présentes dans le tractus final du rectum, qui jouent un rôle fondamental dans le maintien de la continence fécale. Composante anatomique physiologique de l’être humain qui, lorsqu’elle est enflammée, provoque un syndrome très douloureux appelé maladie des hémorroïdes. Cette condition n’est communément connue que sous le terme d’hémorroïdes, donc, nom mal utilisé, faisant référence à une condition pathologique dans laquelle les veines hémorroïdales se dilatent entraînant la formation de varices. Mais que faire, dans ces cas et que manger avec les hémorroïdes ? Quels sont les aliments à mettre dans le panier lorsque on est au supermarché  ? Découvrons les aliments spécifiques qui peuvent contribuer à rendre ce trouble moins douloureux.

Mangez plus de fibres et restez hydraté.

Les fibres solubles, telles que les grains comme l’avoine, se dissolvent dans l’eau pour former un film gélatineux. Il rend donc les selles molles et bien formées, ce qui facilite leur passage dans le rectum. La fibre insoluble, en revanche, ne se dissout pas. Les fibres des aliments végétaux tels que le fenouil, le céleri et la laitue en sont un exemple : elles aident au bon écoulement des matières fécales à l’intérieur de l’intestin. De nombreux aliments contiennent ces deux types de fibres, qui doivent toutefois être équilibrées sans excès. Trop de fibres, en effet, peut provoquer des gaz et des gonflements : ne dépassez pas une certaine quantité surtout si vous n’y êtes pas habitué. Vous devrez également boire plus de liquides pour aider votre corps à utiliser les fibres : 8 à 10 verres d’eau par jour.

Légumineuses, fruits et légumes et farine complète dans le panier.

Comme les fèves, lentilles et noix, les légumineuses fournissent la bonne quantité de fibres, de même que les noix et les amandes. La farine de blé complète est riche en fibres. Il est nécessaire de remplacer le pain blanc, les pâtes et les crackers par des versions à base de farine de blé complète, de sarrasin, de farine de maïs moulu sur pierre ou de seigle pour augmenter la quantité de fibres insolubles à prendre. L’avoine et l’orge cuites sont également une excellente source. Ensuite, les fruits et légumes. On ne peut pas se tromper avec les aliments végétaux. Vous pouvez garder les peaux lorsqu’elles sont fines, comme les pommes, les poires et les prunes. C’est là que l’on trouve les fibres insolubles, ainsi que des composés appelés flavonoïdes qui peuvent aider à contrôler les hémorroïdes hémorragiques. Rappelez-vous que le concombre, le céleri, le poivron et la pastèque sont principalement composés d’eau – plus de 90%. Les baies, les raisins, les tomates et le chou et autres légumes foncés sont généralement riches en flavonoïdes. Une portion du fruit fournit environ 3 à 4 grammes de fibres par jour. Une tasse de légumes verts à feuilles, de brocolis, de choux de Bruxelles, de courges d’hiver ou de pois verts apportera 4 à 5 grammes de fibres.

Ce qu’il ne faut pas manger avec des hémorroïdes

Certains aliments sont strictement proscrits en cas d’hémorroïdes. Les aliments pauvres en fibres peuvent provoquer ou aggraver la constipation (et donc les hémorroïdes), il est donc préférable de limiter les aliments tels que les aliments épicés, riches en poivre, moutarde et piment. Gardez aussi un oeil sur la quantité de sel que vous mangez. Le sel peut entraîner une rétention d’eau qui augmente la pression sur les vaisseaux sanguins. Cela inclut les veines hémorroïdales. Tout comme le sel, il y a des composés dont la consommation doit être minutieusement contrôlée : les acides gras, qui sont connus pour s’installer dans les vaisseaux sanguins et provoquer leur obstruction. On y retrouve pèle-mêle, le cacao, le vin rouge, les amandes, les viandes rouges. Attention aussi aux suppléments de fer qui peuvent causer de la constipation et d’autres problèmes digestifs : ne les prenez donc pas sans en parler d’abord à votre médecin.