Go to Top

Cancer de la prostate : division en groupes génomiques pour une thérapie plus précise

Une équipe interdisciplinaire de l’hôpital universitaire de Heidelberg et du Centre national des maladies tumorales met au point un test génétique permettant de différencier les différents types de carcinomes de la prostate. Ce test permettra de traiter de manière ciblée les patients présentant une apparition précoce et une progression rapide de la maladie.

Mise au point d’un test complet de biomarqueurs pour les mutations

Une équipe interdisciplinaire de l’hôpital universitaire de Heidelberg et du Centre national des maladies tumorales met au point un test génétique permettant de différencier les différents types de carcinomes de la prostate. Ce test permettra de traiter de manière ciblée les patients présentant une apparition précoce et une progression rapide de la maladie.

L’objectif de l’étude clinique est d’utiliser les options de diagnostic élargies pour déterminer si une mutation dans les cellules cancéreuses se produit dans les gènes BRCA1 ou BRCA2, entre autres. Au total, les scientifiques peuvent utiliser le test pour examiner des échantillons de tumeurs présentant jusqu’à 37 mutations afin d’obtenir des informations supplémentaires sur l’évolution individuelle de la maladie et les options de traitement.

Les gènes BRCA1 et BRCA2 codent pour des protéines dites suppressives de tumeurs qui, entre autres, réparent les cassures double-brin dans l’ADN. Dans les cellules cancéreuses présentant des mutations dans ces gènes, le matériel génétique endommagé ne peut être réparé que de manière incorrecte. “Les patients présentant des mutations dans les gènes BRCA1 ou BRCA2 présentent un début de maladie relativement précoce et une évolution très rapide, souvent fatale”, explique le professeur Stefan Duensing, du département d’urologie de l’hôpital universitaire de Heidelberg. “Les traitements initiaux des patients affectés avec un inhibiteur PARP n’ont pas permis de guérir les patients, mais ils ont pu améliorer sensiblement leur qualité de vie”.

Le cancer de la prostate – aussi divers que le cancer du sein ?

Dans le cas du cancer du sein, il est maintenant courant de diviser les patients en différents groupes après un examen de biologie moléculaire, car on sait que des changements très différents dans le génome peuvent être responsables du développement d’une tumeur. L’analyse de ces mutations fournit des informations sur l’évolution de la maladie et révèle différentes options de traitement. Dans le cas du cancer de la prostate, cela n’a jamais été vu auparavant tous les patients ont été traités de la même manière.

Cependant, dans la routine clinique, il est constaté que les patients diffèrent considérablement, nous nous en doutions depuis longtemp, résume le professeur Dr Markus Hohenfellner, directeur médical du département d’urologie de l’hôpital universitaire. Mais également dans les familles où l’incidence du cancer du sein est plus élevée, les hommes courent un risque accru de développer un cancer de la prostate. Cela est souvent causé par une mutation des gènes de réparation de l’ADN BRCA1 (BReast CAncer 1) ou BRCA2 (BReast CAncer 2).

Dans le cadre d’une approche interdisciplinaire, l’équipe du centre de pathologie moléculaire de l’Institut de pathologie a mis au point un système de test, l’a testé avec succès, puis a examiné les 50 premiers patients – et a rapidement trouvé ce qu’ils cherchaient, souvent, ce sont de jeunes patients qui sont touchés et qui ne répondent pas aux thérapies standard avec des taxanes ou des substances anti-hormonales.

Test complet de biomarqueurs pour le carcinome de la prostate

Dans l’intervalle, le test a été considérablement étendu. Finalement le développement d’une méthode permet de tester des échantillons provenant de biopsies ou d’opérations sur 37 gènes différents qui jouent un rôle clé dans la réparation de l’ADN. Il s’agit d’un test de biomarqueurs très complet pour le carcinome de la prostate, qui fonctionne sur des échantillons fixés à la paraffine et au formol, du type couramment utilisé dans les diagnostics pathologiques”, a déclaré le Dr Albrecht Stenzinger, directeur du centre de pathologie moléculaire.

Afin de tester la méthode en pratique, les scientifiques recherchent maintenant des patients atteints d’un cancer de la prostate qui répondent à un ou plusieurs des critères suivants : moins de 50 ans, présence d’un cancer du sein ou de la prostate dans la famille, faible réaction aux thérapies standard ainsi que rechute rapide après un traitement chirurgical initialement réussi. Si cet examen confirme une mutation des BRCA1/2, il existe une nouvelle option de traitement avec les inhibiteurs dits PARP : La poly(ADP-ribose) polymérase 1 (PARP-1) est une enzyme impliquée dans la réparation des cassures de l’ADN. Si cette enzyme est bloquée par un médicament, la cellule cancéreuse n’est plus capable de réparer les cassures de l’ADN qui se produisent fréquemment lors de la division cellulaire et meurt. Les inhibiteurs PARP peuvent être payés par les compagnies d’assurance maladie s’il existe une indication correspondante.

Toutefois, la décision de savoir si cette thérapie est appropriée reste du ressort du médecin traitant. Nous trouverons probablement beaucoup plus de mutations avec cet outil, pour lequel il existe également d’autres options de traitement telles que l’immunothérapie. Toutefois, ces thérapies ne devraient être appliquées que dans le cadre d’études post-opératoires.