Go to Top

VOS DROITS AU RESTAURANT Une fois à table…

Est-on obligé de commander une boisson (vin, eau minérale…) ?

Non, vous pouvez vous contenter d’une carafe d’eau. Celle-ci comme le pain et les condiments (sel, poivre) est incluse dans le prix affiché.

• Le restaurateur peut-il servir des plats surgelés sans aviser les clients ?

De nombreux restaurateurs utilisent des plats surgelés. Il s’agit soit de plats confectionnés par eux puis surgelés ou encore de produits surgelés achetés à l’extérieur entrant dans la préparation de leurs menus.
Le restaurateur n’est pas tenu de vous en informer. D’ailleurs, vous ne verrez jamais cette mention sur une carte ! Il doit simplement veiller scrupuleusement à utiliser ces produits dans les règles de l’art (par exemple : respect de la chaîne du froid).
En revanche, il ne peut pas vous annoncer un produit frais du jour alors qu’il vient d’être décongelé ! Il y aurait tromperie.

• Le restaurateur doit-il informer ses clients sur l’origine des viandes servies ?

Les restaurateurs doivent de porter à la connaissance de la clientèle l’origine des morceaux de viandes bovines ou de la viande hachée (décret n° 2002-1465 du 17 décembre 2002).
L’origine est indiquée par l’une ou l’autre des mentions suivantes :
– « Origine : (nom du pays) » lorsque la naissance, l’élevage et l’abattage du bovin dont sont issues les viandes ont eu lieu dans le même pays ;
– « Né et élevé : (nom du pays de naissance et nom du ou des pays d’élevage) et abattu : (nom du pays d’abattage) » lorsque la naissance, l’élevage et l’abattage ont eu lieu dans des pays différents.
Ces mentions sont portées à la connaissance du consommateur, de façon lisible et visible, par affichage, indication sur les cartes et menus, ou sur tout autre support. Les infractions aux dispositions ci-dessus sont punies d’une amende de 450 € (900 € en cas de récidive).

• Le restaurateur peut-il utiliser des termes  » trompeurs  » ?

Non. Si la carte mentionne un « poulet fermier » ou des produits d’appellation d’origine contrôlée (AOC), il lui est interdit de vous servir autre chose. De la même façon, une tarte ou une mousse au chocolat annoncée « fait maison » ne doit pas provenir du supermarché voisin !
Ce genre de supercherie peut coûter très cher au restaurateur (peine d’emprisonnement de deux ans et/ou amende de 37 500 € prévues à l’article L.213-1 du Code de la consommation).
Si vous suspectez une tromperie, vous pouvez saisir la Direction départementale de concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Suite de l’article après la publicité

• Peut-on faire renvoyer un plat pas assez chaud ?

Oui. Le restaurateur doit vous remplacer votre plat si vous considérez qu’il n’est pas assez chaud ou qu’il ne vous paraît pas frais. Même chose, si vous trouvez que le vin est bouchonné.

• Peut-on faire changer un plat que l’on apprécie peu ?

Si le restaurateur vous a servi un plat conforme à sa description dans le menu, vous ne pouvez pas exiger de le faire changer s’il ne vous plaît pas sur le plan gustatif.
Après tout est question d’arrangement. En guise de geste commercial, le restaurateur peut ne pas vous facturer ce plat ou vous en proposer un autre.

• Peut-on fumer dans un restaurant ?

Jusqu’à présent, il y avait des espaces fumeurs et non-fumeurs. Mais pour lutter contre le tabagisme passif, le Premier ministre a annoncé récemment que les restaurants devront bannir la cigarette de leurs restaurants à compter du 1er janvier 2008.

• Le serveur a renversé de la sauce sur mon costume, le restaurant est-il tenu de prendre en charge le nettoyage ?

Oui, le restaurateur doit réparer le préjudice subi par son client du fait de la faute (même involontaire) de son serveur. Si la tâche nécessite l’intervention d’un teinturier, le restaurateur doit prendre en charge cette dépense.

Articles similaires