Go to Top

Droit

Quelles sont les conditions nécessaires pour bénéficier d’un arrêt maladie long pour cause de dépression

Quelles sont les conditions nécessaires pour bénéficier d’un arrêt maladie long pour cause de dépression
cercle hover

Responsable de 15 millions de jours de travail perdus en un an, la dépression est un grave problème de santé mentale. Si vous êtes déprimé, vous devez vous assurer de prendre soin de vous. En effet, faire face à une maladie mentale peut être épuisant et il faut se donner le temps nécessaire pour se rétablir. Cela implique de réintégrer votre grand cercle social avec le même rythme mesuré. Il faut aussi considérer l’impact de tout médicament que vous pourriez prendre. Certains peuvent vous rendre somnolent, ce qui peut ne pas être compatible avec vos périodes de travail les plus fatigantes. Au fil du temps, votre médecin traitant voudra peut-être ajuster vos médicaments pour gérer de manière optimale la chimie de votre cerveau. Cela peut prendre des jours, des semaines ou des mois avant que votre médecin et vous-même sachiez si le médicament et le dosage vous conviennent. Pendant cette période de transition, vous pouvez avoir des réactions physiques ou des sautes d’humeur. Pour toutes ces raisons, vous serez certainement amené à demander un arrêt maladie pour dépression. Voici l’essentiel à savoir si vous faites face à une telle situation.

Obtenir un congé maladie pour dépression

Dès que vous ressentez que vous ne pouvez plus accomplir vos tâches quotidiennes à cause d’une dépression, vous devez contacter votre médecin. Ce dernier est le seul apte à déterminer si vous avez vraiment besoin d’un arrêt de travail pour dépression. Vous devrez être honnête et direct lorsque vous répondez à ses questions afin qu’il puisse avoir une idée concrète de vos problèmes.

Si votre médecin décide que votre état de santé mentale affecte votre aptitude au travail, il peut émettre une note. Celle-ci peut indiquer que vous êtes « inapte au travail » ou « apte au travail, en tenant compte des conseils ». Dans ce dernier cas, il peut suggérer à votre employeur des modifications pour faciliter votre reprise. Cela peut inclure un retour progressif, des changements des tâches que vous effectuez ou des aménagements d’horaires de travail. Toutefois, si votre employeur est incapable d’apporter les modifications suggérées, la note sera traitée comme si elle indiquait simplement « inapte au travail ». Dans ce cas, vous pourrez obtenir un congé maladie longue durée. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter des sites tels que fredericarminot.com.

Évaluer la gravité d’une dépression : rôle d’un spécialiste

La dépression est un problème de santé mentale grave et, dans les cas réels, un médecin émettra une note appropriée. Il y a un certain degré de stigmatisation à s’absenter du travail en raison de problèmes de santé mentale. Les gens peuvent être perçus comme profitant du système. Mais si vous êtes déprimé, vous devez être certain de prendre soin de vous. Et le médecin n’est pas là pour vous juger en tant que personne.

Obtenir un arrêt maladie dépression est un bon pas sur la voie du rétablissement. Ce n’est cependant qu’une étape : il faut prendre le temps pour une évaluation, puis déterminer les éléments indispensables à votre guérison et votre épanouissement.

Au cours de vos premières séances avec votre médecin, ce dernier effectuera un bilan et émettra des consignes pour traiter au mieux vos problèmes. Dans certains cas, il peut vous suggérer de changer complètement de travail et de démissionner de votre poste actuel, potentiel obstacle à votre rétablissement.

Dépression en lien avec le travail : un critère essentiel

Des problèmes de santé mentale courants peuvent avoir une cause unique en dehors du travail, par exemple un deuil, un divorce, une dépression postnatale, une maladie ou des antécédents familiaux du problème. Mais les gens peuvent avoir ce genre de problèmes sans cause évidente. Il arrive aussi que la dépression soit due au travail. Les origines peuvent être multiples : trop de charge de travail, abus de pouvoir de l’employeur, applications de sanctions démesurées…

La dépression ne figure pas dans la liste des maladies professionnelles. De ce fait, elle n’est reconnue en tant que telle que si elle est liée à l’activité du salarié. En effet, certains événements qui surviennent pendant le travail, causant des lésions corporelles, sont considérés comme relevant de maladies professionnelles. Cela concerne aussi les souffrances psychiques. La dépression au travail est une condition difficile à diagnostiquer par soi-même, bien qu’un tel diagnostic ait déjà été posé auparavant. Seul un médecin compétent et agréé pourra parvenir à cette conclusion, après quelques séances de consultation. Dans ce cas, l’employé se verra alors accorder un arrêt de travail dépression sur prescription du médecin, comme pour le cas d’une maladie professionnelle telle que définie par la loi.

Modalités d’indemnisation en cas d’arrêt maladie dépression

Qu’il y ait eu ou non prescription du médecin spécialiste pour dépression, la réglementation en matière d’indemnisation reste inchangée : pendant une longue maladie dépression, le montant perçu par le salarié se limite à 50 % de son salaire de base. Il y a également un plafond applicable : 43,80 euros ou 58,40 euros à partir du 31e jour si l’employé a trois enfants à charge au minimum. Il faut également que le salarié ait un an d’ancienneté pour bénéficier du maintien de ce droit. En outre, il devra respecter les formalités de déclarations afférentes à l’information sur son arrêt maladie dans un délai de 48 heures. Il doit être affilié à la Sécurité sociale et ne peut se soigner qu’en France ou dans un état de l’Union européenne. Il faut cependant noter que l’indemnisation ne sera déclenchée qu’après trois jours de carence. Autrement dit, le salarié ne percevra d’indemnisation qu’au quatrième jour de congé maladie. Néanmoins, l’entreprise peut appliquer des dispositions plus favorables et les inclure dans l’accord collectif.

Concernant la durée, elle ne peut excéder 360 jours d’indemnisation journalière sur trois ans. Cette durée ne considère pas les trois jours de carence ni les indemnités perçues dans des situations spécifiques (maternité, accident de travail, maladie professionnelle).

Arrêt maladie : les aménagements possibles

Pour des motifs aussi bien économiques que sociaux, indépendamment des circonstances, un arrêt maladie pour dépression ne peut être à durée indéterminée. Dans la société, le travail fait entièrement partie des normes et se considère même comme ayant sa contribution dans le processus de guérison. En effet, les professionnels s’accordent sur le fait que le comportement d’ensemble sera plus rapidement retrouvé grâce au fait d’« être comme tout le monde ». De plus, ne pas travailler est économiquement impossible. D’une manière générale, dans la pratique, des entretiens réguliers avec le médecin de travail favorisent la réintégration professionnelle. Dans certains cas, après une longue maladie dépression, les horaires de travail après l’arrêt peuvent être aménagés pour des besoins thérapeutiques. Il se peut donc que vous travailliez à mi-temps, mais que vous perceviez l’intégralité de votre salaire. Il s’agit d’un aménagement d’ordre administratif entre l’employeur et l’assurance maladie.

En pratique, il est nécessaire de faire reconnaître le lien entre dépression et travail pour que la dépression soir reconnu en tant que maladie professionnelle. Avant tout, l’employé doit consulter son médecin, ce dernier étant seul apte à reconnaître ce lien et à établir le certificat médical ouvrant droit au congé maladie et à la couverture par la sécurité sociale. Pour ce faire, le médecin sera amené à mener des enquêtes concernant les circonstances dans lesquelles le salarié travaille, et ceci avec la collaboration de ce dernier et de son employeur.

Lire la suite

Les exonérations

Certains biens ne sont pas comptabilisés pour établir la succession. Les biens détenus en usufruit, les sommes léguées à des organisations caritatives, certains biens ruraux, de même que les investissements immobiliers défiscalisés. (suite…)

Lire la suite

Succession : moins de droits à payer

Les droits de succession sont alléges à partir du 1er janvier 2005. Mais tous les héritiers ne seront pas concernés dans les mêmes proportions. En quoi consistent les nouveaux abattements ? Qui sont les principaux bénéficiaires des nouvelles règles ? (suite…)

Lire la suite

LE CONSEIL SYNDICAL : Assister et contrôler

Le conseil syndical peut, à tout moment, poser des questions au syndic et consulter les pièces comptables. Il est associé à la mise au point du budget prévisionnel et peut assumer certaines tâches comme la sélection de prestataire. Ses dépenses sont intégrées au budget prévisionnel de la copropriété. (suite…)

Lire la suite

Fausses loteries : ce que disent les tribunaux

Au pénal, une société coupable de ces pratiques illicites peut se voir infliger des condamnations.
Les organisateurs de loteries commerciales qui ne respectent pas les conditions prévues par la loi encourent une amende pénale de 37 500 €. Le délit de « tromperie » sur les cadeaux expose les sociétés contrevenantes à 2 ans d’emprisonnement et à une amende de 37 500 € (ou à l’une de ces deux peines). (suite…)

Lire la suite

Le divorce pour faute

Il est demandé par un seul époux lorsque le maintien de la vie commune est devenu intolérable en raison de la violation grave ou renouvelée des devoirs et des obligations du mariage par l’autre conjoint. (suite…)

Lire la suite

Le divorce accepté

Également dénommé « divorce pour acceptation du principe de la rupture du mariage », il remplacera « le divorce demandé par l’un des époux et accepté par l’autre ». Il s’adressera aux couples d’accord sur le principe de la séparation mais pas sur ses conséquences. (suite…)

Lire la suite

Le nouveau divorce

Procédure simplifiée, séparation pacifiée, intérêts de chacun préservés… La réforme du divorce, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2005, joue la carte de l’apaisement. Le rôle du juge reste primordial. (suite…)

Lire la suite

Retard de livraison d’une voiture neuve et annulation de la vente

Art. L114-1

« Dans tout contrat ayant pour objet la vente d’un bien meuble ou la fourniture d’une prestation de services à un consommateur, le professionnel doit, lorsque la livraison du bien ou la fourniture de la prestation n’est pas immédiate et si le prix convenu excède des seuils fixés par voie réglementaire*, indiquer la date limite à laquelle il s’engage à livrer le bien ou à exécuter la prestation. (suite…)

Lire la suite

Agence matrimoniale, droit de rétractation

Lorsque vous signez un contrat avec une agence matrimoniale, vous avez 7 jours à compter de cette signature pour changer d’avis et renoncer à votre engagement sans avoir à vous justifier. L’agence n’a pas le droit de vous réclamer le moindre centime (acompte ou avance) pendant ce délai de rétractation de 7 jours. (suite…)

Lire la suite

Résilier un contrat à l’échéance

La loi du 28 janvier 2005 dite  » Loi Chatel  » est venue modifier les règles entourant la résiliation d’un contrat d’assurance à tacite reconduction. Ces dispositions sont entrées en vigueur le 1er août 2005. Elles s’appliquent aux contrats en cours et à leur reconduction à ladite date de promulgation de la loi. (suite…)

Lire la suite

Saisir le médiateur bancaire

En cas de litige avec votre banque, prenez tout d’abord contact avec votre conseiller bancaire. Si vous n’obtenez pas une réponse satisfaisante, vous devez vous adresser au service clientèle rattaché au siège social de ce réseau bancaire. (suite…)

Lire la suite

Saisir la commission de surendettement

Textes de référence :
– Code de la consommation
– Décret n° 2004-180 du 24 février 2004 relatif à la procédure de traitement des situations de surendettement des particuliers et modifiant le titre III du livre III du Code de la consommation (partie Réglementaire) (JO n° 47 du 25 février 2004, page 3757). (suite…)

Lire la suite

Demande d’indemnisation suite à une démission

Si, au bout de 122 jours après avoir démissionné de votre emploi, vous n’avez toujours pas retrouvé un travail, vous pouvez demander à l’Assedic de vous indemniser au vu des efforts de reclassement que vous avez fournis.
Toutefois, l’Assedic n’est pas obligée de vous donner gain de cause. La décision est prise au cas par cas, sur examen du dossier. Elle n’est pas susceptible de recours. (suite…)

Lire la suite

LETTRE TYPE : SÉCURITÉ SOCIALE – SANTÉ

Code la sécurité sociale
Art. R142-1

« Les réclamations relevant de l’article L. 142-1 formées contre les décisions prises par les organismes de sécurité sociale et de mutualité sociale agricole de salariés ou de non-salariés sont soumises à une commission de recours amiable composée et constituée au sein du conseil d’administration de chaque organisme. (suite…)

Lire la suite

Dépôt de plainte par lettre au procureur de la république

Art. 40-1

« Lorsqu’il estime que les faits qui ont été portés à sa connaissance en application des dispositions de l’article 40 constituent une infraction commise par une personne dont l’identité et le domicile sont connus et pour laquelle aucune disposition légale ne fait obstacle à la mise en mouvement de l’action publique, le procureur de la République territorialement compétent décide s’il est opportun : (suite…)

Lire la suite

QUI JUGE QUOI ?

Les arbres de la propriété voisine, plantés trop près, endommagent le mur de séparation. Mon voisin me conteste le droit de passage sur son terrain.  (suite…)

Lire la suite

Justice pour tous

Grâce à l’aide juridictionnelle, un procès n’est pas forcément un luxe inaccessible. Ce dispositif peut prendre en charge tout ou partie des frais de justice. (suite…)

Lire la suite

Le conciliateur

Le conciliateur est un bénévole qui amène les parties à trouver un arrangement équitable. Son intervention, gratuite, ne repousse pas, en principe, la date limite pour saisir le tribunal. (suite…)

Lire la suite

Tentez le règlement amiable

Avant d’engager une action en justice aux résultats hypothétiques et à l’aboutissement lointain, tentez le règlement amiable. Pour vous y aider, des institutions spécialisées ont été mises en place afin de désengorger les tribunaux. Attention, cependant, une procédure amiable, dans certains cas, ne suspend pas les délais de recours ! (suite…)

Lire la suite

Peut-on faire appel ?

Lorsqu’un jugement rendu par un tribunal ne vous est pas favorable, vous pouvez, à quelques réserves près, faire appel afin que les faits soient rejugés par d’autres magistrats. La cour d’appel confirmera ou infirmera la décision rendue par les premiers juges. (suite…)

Lire la suite

Tribunaux : mode d’emploi

La machine judiciaire paraît obscure à beaucoup, d’autant plus qu’elle devient plus compliquée avec la création des juges de proximité. Afin que son vocabulaire hermétique et le dédale des procédures n’aient plus de secrets pour vous, nous vous proposons un guide, en quatre volets. (suite…)

Lire la suite

Votre locataire est déjà en place

Selon le montant des recettes locatives brutes annuelles de votre foyer fiscal, et si vous ne bénéficiez pas déjà d’un régime fiscal particulier (Périssol, Besson…), vous êtes normalement soumis au régime simplifié du micro-foncier (1). Mais vous êtes libre d’opter pour le régime «réel».

Anne Bance

(suite…)

Lire la suite