Go to Top

TROUBLES DIGESTIFS Ulcère, cancer, reflux : n’attendez pas

ulcère

L’ulcère de l’estomac ou du duodénum, le cancer du côlon ou de l’intestin et le reflux gastro-oesophagien (RGO) doivent être traités sans délais dès lors que les symptômes se présentent.

Reflux gastro-oesophagien : quelles solutions ?

Très fréquent – un adulte sur deux s’en plaint – le reflux gastro-oesophagien (RGO) correspond à une remontée anormale du contenu acide de l’estomac dans l’œsophage. Résultat : une sensation de brûlure de l’estomac vers la gorge et parfois même une remontée de liquide acide ou amer dans la bouche.

A la longue, il peut provoquer une inflammation de l’œsophage (oesophagite) et dans certains cas le développement d’une lésion cancéreuse.

Le RGO est aggravé par le stress et les traitements anti-asthmatiques. Lorsque les douleurs restent peu fréquentes, moins d’une fois par semaine, le recours à des antiacides, des alginates qui tapissent l’œsophage d’une barrière protectrice ou des anti-Hé pour diminuer la production d’acide suffit. Lutter contre le surpoids, surélever la tête du lit (et non l’oreiller) pendant votre sommeil peut aussi diminuer les symptômes.

Si les reflux sont plus fréquents, inutile d’augmenter les doses des médicaments, consultez votre médecin qui pourra prescrire une fibroscopie pour explorer l’état de l’œsophage et de l’estomac et prescrire des médicaments plus efficaces. Une chirurgie anti-reflux est parfois nécessaire.

Ulcères : les éviter, les traiter

L’ulcère est une altération de la paroi de l’estomac ou du duodénum qui présente un véritable  » trou  » ! Les douleurs sont caractéristiques : elles apparaissent systématiquement deux heures après les repas sous forme de brûlures ou de crampes au creux de l’estomac et se calment lorsque l’on mange.

Une bactérie, Helicobacter pylori est très souvent présente : elle est détectée au cours de la fibroscopie. Elle nécessite la prise d’antibiotique. Sinon le traitement vise à diminuer les sécrétions acides.

Attention aux médicaments qui favorisent les ulcères comme les AINS (anti-inflammatoire non stéroïdiens) et l’aspirine. Ces anti-douleurs utilisés notamment contre les douleurs rhumatismales peuvent provoquer des ulcères lorsqu’ils sont pris trop régulièrement.

Le tabac est aussi le pire ennemi de notre estomac et empêche la guérison de l’ulcère. Veillez également à éviter le jeûne en répartissant la prise alimentaire de façon régulière au cours de la journée. Prendre quatre à six repas plus légers calme la douleur.

Cancer du côlon ou de l’intestin

Les cancers colorectaux sont plus fréquents chez l’homme et la deuxième cause de décès chez les femmes. Pourtant les chances de guérison sont d’autant plus importantes qu’il est diagnostiqué très précocement.

Autant de raisons de consulter lorsque des symptômes digestifs ou des traces de sang dans les selles apparaissent brutalement. Et même en l’absence de symptôme, effectuez un dépistage systématique à partir de 50 ans par Hemoccult.

Si un membre proche de votre famille (parent, enfant, frère ou sœur) a été victime d’un cancer colorectal, il est également prudent d’effectuer une coloscopie dix ans avant l’âge à laquelle a été diagnostiqué le cancer de votre parent.

——————————————–

Pour en savoir plus :

digestion.comprendrechoisir.com/

Articles similaires