Go to Top

Ostéopathie : quand le corps se libère…

Osteopathie

Détendre les muscles, corriger les blocages du squelette en prenant en compte le corps dans son ensemble : tel est l’objectif de l’ostéopathe.

Vue d’ensemble

L’ostéopathie s’intéresse à l’ensemble de la structure corporelle (os, muscles, articulations et fonctions environnantes), considérée comme un tout en mouvement.
Le thérapeute détend les muscles et corrige les blocages du squelette par des mobilisations ou des manipulations visant à supprimer les contraintes de l’organisme entier.
Une séance commence toujours par un bilan de l’état du patient. D’abord l’ostéopathe l’écoute, puis il l’installe sur la table d’examen pour confirmer son diagnostic grâce à des tests palpatoires, et éventuellement des radiographies.
Il le place ensuite dans des postures étudiées pour pratiquer les corrections nécessaires.

Tout en douceur

« Le geste doit être doux et spécifique, souligne le Dr Roger Sfar, rhumatologue ostéopathe. Il n’est jamais nécessaire de faire craquer. Le principe de la manipulation est de provoquer un microdéplacement exactement là où il y en a besoin.
Parfois, un seul étirement musculaire ou un simple décollement de deux facettes d’une articulation suffit à provoquer la correction et à soulager. La manipulation n’est pas un bruit, c’est un geste. »

Bon pour le dos et les vertèbres

L’ostéopathie obtient de très bons résultats, en particulier sur les maux de dos, dès que des contraintes sont imposées de façon anormale à un joint intervertébral ou à une articulation.

Si la manipulation n’agit pas sur des os malades, comme c’est le cas dans l’arthrose, elle peut soulager les douleurs qui en découlent.
Deux ou trois séances, espacées d’une à deux semaines, suffisent en cas de pathologie aiguë. Des maux chroniques requièrent un traitement plus long.

Bon pour tous

Avantage de la technique : elle convient à tous, du bébé à son grand-père.
Elle est toutefois tout à fait déconseillée :
– dès lors qu’il existe un facteur de fragilité osseuse
(notamment en cas d’ostéoporose),
– en cas de lésion ou de fragilité vasculaire,
– pour les pathologies inflammatoires en phase aiguë
(et donc toutes les douleurs spécifiquement rhumatismales),
– juste après un accident (qui a pu provoquer des microfractures),
– en présence de lésion cancéreuse.

Pratique

À côté des médecins diplômés, rhumatologues ou rééducateurs qui se sont spécialisés en ostéopathie, certains ostéopathes ont une formation initiale de kinésithérapeute, d’autres se sont formés dans des stages organisés dans l’une des écoles ou instituts proposant des initiations plus ou moins sérieuses à cette discipline.
– Le bon thérapeute : un médecin (8 ans d’études) spécialisé dans l’ostéopathie (2 ans supplémentaires).
– La durée : de 20 à 40 mn par séance, bilan de santé compris.
– Le prix : de 30 à 70 € la séance, dont 23 € pris en charge par la Sécurité sociale. La différence est souvent remboursée par la mutuelle.

Articles similaires