Go to Top

Les conditions pour en bénéficier

Il est possible de toucher la réversion Arrco et/ou Agirc sans condition de ressources. En revanche, il faut avoir atteint un certain âge. Plus facile à obtenir que la réversion de la retraite de base

Aucune condition de ressources ni de durée minimale de mariage n’est exigée pour bénéficier de la réversion des retraites complémentaires Arrco et Agirc (pour les cadres). Mais il ne faut pas être remarié.
Les réversions des retraites complémentaires peuvent être partagées entre un conjoint survivant et des ex-conjoints divorcés à condition qu’ils ne soient pas remariés.

• A quel âge peut-on en bénéficier ?

Dans le régime Arrco, pour un décès à compter du 1er juillet 1996, le veuf ou la veuve a droit à la réversion à partir de 55 ans. Pour les décès antérieurs au 1er juillet 1996, les veuves ont droit à une réversion à partir de 50 ans.
Les veufs peuvent également prétendre à partir de 50 ans à la réversion des droits à complémentaire acquis par la salariée entre le 1er janvier 1990 et le 30 juin 1996, si celle-ci est décédée entre le 17 mai 1990 et le 30 juin 1996.
La réversion de la fraction des droits acquis avant le 1er janvier 1990 est attribuée aux veufs à 60 ans ou 65 ans par la plupart des institutions.
Pour un décès antérieur au 17 mai 1990, les veufs ont en général droit à la réversion à partir de 60 ou 65 ans selon les institutions.

• Des règles spécifiques pour les cadres

Dans le régime Agirc, pour les décès survenus à compter du 1er mars 1994, le conjoint survivant peut percevoir la réversion à partir de 55 ans.
Mais, attention, s’il n’a pas droit à la réversion du régime général, il devra attendre 60 ans ou accepter un abattement définitif s’il la demande avant !
Pour les décès antérieurs, le sort des veuves diffère de celui des veufs : les premières peuvent recevoir la réversion à partir de 50 ans, les seconds à partir de 65 ans sauf si le décès de leur épouse est survenu à compter du 17 mai 1990 et avant le 1er mars 1994.
Le veuf peut, alors, demander à 50 ans la part de la pension correspondant aux droits obtenus par l’assurée entre le 1er janvier 1990 et la date du décès.
À l’Arrco comme à l’Agirc, aucune condition d’âge n’est exigée (quelle que soit la date du décès), si vous avez au moins 2 enfants à charge au moment du décès, ou si vous êtes invalide au moment du décès ou ultérieurement.

Articles similaires