Go to Top

Faut-il prendre un traitement hormonal ?

Le traitement hormonal substitutif (THS) permet de limiter les effets indésirables liés à la ménopause et de prévenir l’ostéoporose. Toutefois, le recours à ce traitement doit être strictement encadré.

Le THS c’est quoi ?

Il consiste à compenser les carences hormonales en apportant des hormones que le corps ne fabriquent plus.
Il permet de diminuer rapidement les bouffées de chaleur, l’irritabilité, les troubles du sommeil, de lutter contre la sécheresse vaginale et de prévenir les risques d’incontinence et d’ostéoporose.

Les différents THS

Il existe différents types de THS : ils associent en général l’estradiol (estrogène naturel) à une progestérone micronisée ou à un progestatif de synthèse.
Le traitement peut se présenter sous forme de comprimés, de gel, de patch ou de spray. Suivant le type de traitement utilisé, il faut le prendre quotidiennement en continu ou de façon séquentielle avec des arrêts à date fixe.

Tous les THS présentent-ils les mêmes risques?

Non, selon l’étude française E3N publiée en 2005 qui a suivi 70 000 femmes.
L’association estrogène-progestatif de synthèse augmenterait le risque de cancer du sein alors que l’association estrogène-progestérone micronisée ne semble pas augmenter ce risque.
L’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire) a publié de nouvelles recommandations qui encadre strictement la prescription du THS et qui pourrait se résumer par :
« En user sans en abuser à la dose et à la durée minimales nécessaires. »

Quand faut-il prendre un THS ?

La polémique qui a entouré le THS aura finalement permis de mieux connaître ce traitement et de pousser les chercheurs à lancer de nouvelles études.
Il reste le traitement le plus efficace pour toutes celles qui voient leur qualité de vie nettement dégradée à la ménopause par les bouffées de chaleur. Il peut être aussi un recours contre l’ostéoporose pour celles qui ne supportent pas les autres traitements de cette maladie.
Il faut toutefois rester très vigilante : réévaluez chaque année avec votre médecin, l’intérêt du traitement.
Arrêtez le un mois pour voir si les bouffées de chaleur reviennent ou non.

L’avis du Dr Alain Tamborini

Le Dr Alain Tamborini est gynécologue à l’Hôpital Georges-Pompidou, spécialiste des problèmes hormonaux : « La ménopause est un tournant important dans la vie d’une femme lors duquel le suivi médical, avec ou sans traitement est primordial.  »
La consultation de la ménopause ne se réduit pas à savoir si l’on met en place un traitement hormonal substitutif ou non. Bien au contraire !
C’est un moment d’échange entre la femme et son médecin qui lui délivre conseils, informations, procède aux dépistages nécessaires et éventuellement, si cela est nécessaire lui propose un traitement.
Dès la périménopause lorsque les cycles deviennent irréguliers et qu’apparaissent les premiers troubles, notamment les bouffées de chaleur et les modifications de la silhouette, le médecin peut apporter de précieux conseils et, si les bouffées de chaleur sont gênantes, proposer un progestatif.
Ce n’est pas un THS. Celui-ci doit être commencé, lorsqu’il est nécessaire, à partir de la ménopause confirmée et non en période de périménopause. »

Les autres points du dossier :
Que valent les autres traitements de la ménopause ?
Prévention : ce que vous pouvez faire
Inégales face à la ménopause
Périménopause : les premiers désagréments
Les troubles de la ménopause

Lire aussi :
Mammographie : pourquoi il faut répondre à l’appel
Libido : entretenez la flamme
Fatigué, moi ? Jamais !

Articles similaires