Go to Top

L’escrime

Ce sport de combat devenu loisir stimule vivacité et souplesse, et contribue à la maîtrise de soi.

L’origine de ce sport

Héritière des duels, l’escrime a été élaborée par les écoles italienne et française à la Renaissance. Grâce au masque et au fleuret, les bretteurs pouvaient désormais imiter sans risque les combats.
C’est un sport sans danger, fait de grâce et de fair-play. Nombreux sont ceux qui commencent tard : l’escrime n’exige pas de qualités physiques particulières.
Selon les pays d’Europe, la place des « vétérans » dans l’escrime est très variable. Assez rares en France, où cette discipline est pourtant bien ancrée, il sont plus présents en Allemagne ou en Grande-Bretagne.

• Élaborer une stratégie

Le but est de donner le plus de « touches » (coups portés par l’arme sur une certaine zone du corps) : celui qui a porté cinq, dix ou quinze touches remporte le match.
L’escrimeur doit apprendre à s’adapter au jeu de l’adversaire, pour esquiver les coups et élaborer une stratégie efficace. L’entraînement stimule la coordination des bras et des jambes, puisqu’il faut sans cesse estimer la distance qui sépare de l’autre.
Attention, ce sport nécessite des jambes assez solides, il est donc déconseillé aux personnes souffrant de « jambes lourdes » : un avis du médecin est conseillé avant de se lancer.
L’escrime compte trois armes : la plus répandue est le fleuret, vient ensuite l’épée et, enfin, la plus athlétique des trois, le sabre. Acquérir les bases de l’escrime se fait en six mois, à raison de deux entraînements par semaine.
En général les clubs prêtent l’équipement pendant la première année : arme, et costume, y compris les gants et le masque, grillagé ou en plexiglas.

• Prendre confiance

En améliorant la connaissance du schéma corporel, l’escrime augmente la confiance en soi et permet de mieux maîtriser son énergie.
Les assauts imposent concentration, invention et adaptation, mais aussi courtoisie et respect.
En fin de compte, cette activité développe l’agilité, la souplesse, l’équilibre, la vivacité, le sens de la décision et la maîtrise de soi.

A retenir :
L’escrime canalise l’énergie.
Elle favorise la concentration et l’équilibre.
Elle améliore les fonctions cardiaques et respiratoires.
Elle peut être pratiquée à tout âge et ne requiert pas une force physique particulière, à condition d’avoir le feu vert de son médecin.
Articles similaires